Un autre vaccin expérimental Covid-19 semble efficace et ne nécessite pas de stockage à froid extrême

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Illustration de l'article intitulé Un autre vaccin expérimental Covid-19 semble efficace, ne nécessite pas de stockage au froid extrême

Image: Justin Tallis / AFP (Getty Images)

Lundi, les chercheurs britanniques sont devenus les derniers annoncer résultats prometteurs de leur candidat vaccin expérimental contre la covid-19. Dans les données vues jusqu’à présent, le vaccin semblait être au moins 70% efficace pour prévenir l’infection par le coronavirus, bien qu’il puisse être jusqu’à 90% efficace avec un certain dosage. Ses développeurs, dont la société pharmaceutique AstraZeneca, soumet désormais le vaccin à l’examen des autorités réglementaires du Royaume-Uni et d’autres pays.

Le vaccin a été développé grâce à une collaboration entre l’Université d’Oxford et AstraZeneca. Il travaux en emballant des instructions génétiques sur les protéines du coronavirus dans un autre virus stérilisé – dans ce cas, un adénovirus. Une fois introduit dans le corps, le virus factice infecte les cellules et les oblige à produire ces protéines (le virus est altéré pour être incapable de se répliquer comme d’habitude, le rendant inoffensif). Nous espérons que ces protéines provoqueront alors une réponse suffisamment forte qui entraînera le système immunitaire à lutter contre une véritable infection par le coronavirus. Le vaccin est administré en deux doses, à un mois d’intervalle.

Les données présentées lundi proviendraient de plus de 11 000 personnes ayant reçu le vaccin, qui ont été comparées à un groupe de taille similaire ayant reçu un vaccin témoin et un placebo (le vaccin témoin protège contre la méningite bactérienne). Les résultats proviennent de deux essais distincts au Royaume-Uni et au Brésil.

Sur ces participants, 131 avaient développé le covid-19 lorsque l’analyse était terminée. Dans les essais au Royaume-Uni et au Brésil, 101 personnes du groupe témoin ont attrapé l’infection, contre 30 dans le groupe vacciné. Cela se traduit par un vaccin avec une efficacité d’environ 70%. Il n’y a pas eu non plus de cas de maladie grave due à la covid-19 dans le groupe vacciné, ni de problème d’innocuité sérieux confirmé lié au vaccin. Plus tôt cette année, un groupe d’experts externes a déterminé qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour relier de manière concluante deux rapports maladie neurologique chez les participants à l’essai du vaccin.

«Aujourd’hui marque une étape importante dans notre lutte contre la pandémie. L’efficacité et l’innocuité de ce vaccin confirment qu’il sera très efficace contre le COVID-19 et aura un impact immédiat sur cette urgence de santé publique », a déclaré Pascal Soriot, PDG d’AstraZeneca, dans un communiqué. déclaration.

Comme pour les résultats prévisualisés par les entreprises Pfizer et Moderna sur leurs vaccins candidats respectifs, les données ici doivent encore être étudiées dans leur intégralité par la communauté scientifique, de sorte que les nouvelles doivent être prises avec une certaine prudence. Et il y a quelques bizarreries supplémentaires qui rendront la compréhension du potentiel de ce vaccin plus difficile pour le moment.

D’une part, les Britanniques ont reçu un schéma posologique différent de celui des Brésiliens. Ils ont reçu la moitié de la dose du vaccin lors de la première injection, puis une dose complète de la deuxième dose. Chez ces volontaires, l’efficacité du vaccin était de 90%, contre 62% d’efficacité dans l’essai au Brésil.

Selon les chercheurs, cette disparité pourrait s’expliquer par une limitation connue de ces types de vaccins, appelés vaccins vecteurs. En termes simples, donner à quelqu’un une première dose trop élevée du virus factice pourrait inciter le système immunitaire à se défendre. aussi bien contre elle, ce qui limite alors l’efficacité d’une seconde dose administrée plus tard (un problème similaire est que l’immunité préexistante d’une personne contre d’autres adénovirus pourrait limiter la puissance d’un vaccin à base d’adénovirus). Il est donc possible que la posologie utilisée dans l’essai au Royaume-Uni soit la méthode la plus efficace à utiliser à l’avenir.

Cela dit, les données britanniques proviennent actuellement d’un échantillon de volontaires beaucoup plus petit que les données de l’essai au Brésil, bien que cet écart puisse ne pas être aussi grand ou exister du tout au moment de l’analyse finale. Il peut également y avoir d’autres facteurs qui expliquent la variation d’efficacité, tels que les différences au niveau de la population entre les personnes au Brésil et au Royaume-Uni.

D’un autre côté, ces résultats pourraient se sous-vendre par rapport à ce que nous avons vu d’autres essais de vaccins. Les essais AstraZeneca / Oxford ont été conçus pour rechercher à la fois les infections asymptomatiques et les infections symptomatiques. Cela a été fait en demandant aux volontaires de passer des tests hebdomadaires sur écouvillon et en incluant également des personnes qui se sentaient suffisamment malades pour consulter un médecin et obtenir une confirmation de cette façon. Les essais Pfizer et Moderna, cependant, se sont concentrés uniquement sur les cas symptomatiques où les personnes étaient suffisamment malades pour vouloir être testées. Il est possible que le vaccin d’AstraZeneca soit globalement plus efficace pour prévenir l’un ou l’autre type d’infection – nous n’avons tout simplement pas les données à savoir pour le moment.

Une autre question sans réponse pour tous ces vaccins est leur efficacité dans la prévention de la transmission du virus. Il est important de le savoir, car une personne vaccinée pourrait peut-être encore porter suffisamment de virus une fois infecté pour le transmettre à d’autres personnes non vaccinées pendant une brève période, même si le vaccin réussit à empêcher cette personne de tomber gravement malade. Étant donné qu’il faudra des mois, voire des années, pour vacciner une grande partie de la population mondiale, il s’agit d’un risque potentiel crucial que nous devons mieux comprendre. Et bien sûr, nous ne savons pas combien de temps durera une immunité fournie par un vaccin, bien qu’il y ait signes encourageants cette immunité naturelle peut durer des années pour la plupart des gens.

Prudence mise à part, c’est encore une autre bonne nouvelle pour les perspectives à long terme de la pandémie. Le vaccin d’AstraZeneca / Oxford est le premier du genre à atteindre ce stade de développement, mais il y a d’autres candidats qui suivent de près. Contrairement au vaccin à ARNm de Pfizer, les vaccins vecteurs n’ont besoin que d’une réfrigération standard, et non de températures extrêmement froides, pour rester viables. On dit que le vaccin à ARNm de Moderna a surmonté cette limitation, mais le vaccin d’AstraZeneca / Oxford est basé sur une technologie existante de longue date qui devrait rendre la production de masse plus abordable. L’Université d’Oxford a déclaré qu’elle prévoyait de produire en masse le vaccin dans 10 pays au moment où son utilisation est approuvée, et a conclu un accord avec AstraZeneca pour fournir le vaccin à but non lucratif pays à revenu intermédiaire aussi longtemps que nécessaire.

Premiers rapports suggérer le Royaume-Uni pourrait distribuer une approbation d’urgence pour le vaccin dès la semaine prochaine, l’Inde suivant de près. Aux États-Unis, entre-temps, la Food and Drug Administration a maintenant programmé Le 10 décembre, un comité consultatif examinera les données de Pfizer et éventuellement du candidat de Moderna et recommandera s’ils devraient obtenir une approbation d’urgence. Si tout cela se passe bien, le premier lot de vaccins anti-covid-19 pourrait commencer à atteindre les membres à haut risque du public, tels que les travailleurs de la santé, d’ici la fin de l’année.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus