Assemblée nationale : La protection de l’enfant au centre des débats.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les acteurs du système de protection de l’enfant ce sont réunis le 23 novembre dernier à Yaoundé à l’initiative du réseau parlementaire espérance jeunesse (Reje) portée par l’honorable Joshua Oshi.

Le plaidoyer visant l’adoption de la loi portant code de protection de l’enfant au Cameroun est en débat au sein de la chambre basse du parlement. La rencontre réunissant le gouvernement et les membres de la société civile, initiée par le réseau parlementaire espérance jeunesse (Reje) portée par l’honorable Joshua Oshi a permis de réfléchir pour une harmonisation des textes juridiques sur cette problématique.

Selon les experts de Plan international et Cam-Crin, l’adoption d’un code de protection de l’enfant s’avère indispensable. Il permettra de fixer sur un seul support normatif, toutes les règles applicables à l’enfant. Il facilitera par la suite, l’accessibilité matérielle et intellectuelle pour tous les intervenants de la chaîne de protection des enfants y compris les enfants eux-mêmes. Et il pourrait enfin se saisir, des problématiques nouvelles telles que les questions des enfants associés aux forces et groupes armés, les orphelins des ex-combattants, les enfants déplacés internes des régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et Sud-Ouest, les enfants victimes de migrations et tutti quanti. «C’est un combat Juste et noble qui trouve sa pertinence dans les missions dévolues à l’Assemblée nationale» affirme l’honorable Emilia Monjowa Lifaka, vice -présidente de la chambre.

Signalons également que la situation des enfants astreints au travail est très préoccupante dans notre pays car selon les études menées par l’institut national de la statistique (INS) en 2007,   1 million 673 mille 184 enfants sont soumis aux travaux à abolir. 4,4% des enfants âgés de 5 à 17 ans, soit 266 594 enfants, effectuent des travaux dangereux, 71% de ces enfants sont, exploités dans les activités liées à la sylviculture, l’agriculture, la pêche, la chasse et la cueillette. Le Bureau international du travail (BIT) évalue par ailleurs à 59 millions le nombre d’enfants astreints au travail.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus