Kabore réélu président du Burkina Faso

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le président Roch Marc Christian Kabore servira encore cinq ans à la présidence du Burkina Faso, selon les résultats provisoires annoncés jeudi par la Commission électorale nationale indépendante.

Kabore a gagné avec près de 58% des voix, battant 12 opposants et revendiquant la victoire au premier tour, a déclaré Newton Ahmed Barry, le président de la commission. Kabore a reçu 1,6 million de voix sur près de 3 millions de voix, avec un taux de participation de 50%, a-t-il déclaré.

L’opposition avait espéré diviser le vote et priver Kabore des 51% nécessaires pour une victoire pure et simple, puis former une coalition derrière le candidat le plus fort pour le deuxième tour. Mais le principal candidat, Eddie Komboigo, chef du Congrès pour la démocratie et le progrès, a reçu 15% et l’autre principal rival, Zephirin Diabre, du Parti du progrès et du changement, qui a perdu contre Kabore en 2015, a reçu environ 12%.

La déclaration intervient quatre jours après l’élection de dimanche. Le président de la commission électorale a déclaré que les résultats définitifs devraient être publiés samedi, qui doivent ensuite être vérifiés par la Cour constitutionnelle.

L’opposition a accusé le parti au pouvoir de déloyauté, notamment de corruption de personnes. Le processus a été « criblé de fraudes » et la commission électorale n’a pas été à la hauteur de la tâche d’organiser des élections responsables, a déclaré Tahirou Barry, un candidat de l’opposition, lors d’une conférence de presse.

Bien qu’il y ait eu quelques rapports d’irrégularités, comme dans l’est, où environ 30 personnes ont voté sur de faux bulletins parce qu’aucun bulletin de vote n’était disponible, ce n’était pas répandu, a déclaré Halidou Ouedraogo, président du CODEL, une organisation locale surveillant les élections.

L’opposition a sept jours pour faire appel du vote. Il n’était pas immédiatement clair s’ils le feraient. L’Union africaine et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, un bloc régional, ont déclaré que les appels devraient être lancés par des voies légales dans un « environnement calme et surtout pour éviter la violence », a déclaré Makuza Bernard, qui a conduit la délégation de l’UA.

« Nous n’avons pas besoin de (violence). Les Burkinabè n’en ont pas besoin », a-t-il dit.

Les élections se sont déroulées dans un contexte de violence liée à al-Qaida et au groupe de Daech qui a tué plus de 2 000 personnes cette année et déplacé plus d’un million de personnes. Bien qu’aucune attaque majeure n’ait été signalée le jour du scrutin, des menaces de violence ont empêché les gens de voter dans les régions durement touchées du pays.

Près de 3 000 bureaux de vote qui devraient ouvrir ne l’ont pas fait, empêchant jusqu’à 350 000 personnes de voter, selon la commission électorale. De nombreuses communautés incapables de voter étaient déjà marginalisées et les organisations de la société civile affirment que le président devra travailler plus dur au cours de son deuxième mandat pour unir un pays de plus en plus divisé.

« Il doit s’assurer que les promesses non tenues au cours des cinq dernières années seront tenues afin de soulager le mécontentement social. Le mécontentement social ne se produit pas seulement dans les grandes villes, mais cela se produit de plus en plus à la campagne », a déclaré Chrysogone Zougmore, président du mouvement burkinabé pour les droits de l’homme, un groupe de défense local.

Les citoyens des régions en proie à la violence disent que le gouvernement doit améliorer la sécurité afin de pouvoir se concentrer sur le développement, « occuper les jeunes afin qu’ils ne se livrent plus au terrorisme », a déclaré l’émir de Liptako, Ousmane Amirou Dicko, qui vit dans le Ville de Dori dans la région du Sahel.

Comme les partisans de Kabore l’ont célébré, les partisans de l’opposition ont déclaré qu’ils accepteraient les résultats mais s’attendaient à ce que l’opposition tienne le parti au pouvoir pour responsable. « Il faut être vigilant. Tout le monde doit participer à la gestion du pays », a déclaré Paul Lengane, un habitant de Ouagadougou.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus