Le Parlement turc condamne la France pour avoir reconnu le Haut-Karabakh comme une «  république  »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Quatre partis politiques au parlement, dont le parti au pouvoir pour la justice et le développement (AK Party), le parti du mouvement nationaliste (MHP), le principal parti d’opposition, le Parti républicain du peuple (CHP) et le Good Party (IP) se sont réunis vendredi et ont condamné conjointement le Sénat français pour sa récente résolution de reconnaître le Haut-Karabakh de l’Azerbaïdjan comme «république».

Auparavant, jeudi, le ministère turc des Affaires étrangères avait déclaré que l’adoption par le Sénat français d’une résolution exhortant le gouvernement à reconnaître le Haut-Karabakh en tant que république indépendante montre à quel point la France est partiale envers le différend, ajoutant que la résolution est dénuée de toute réalité.

«Cette décision du Sénat français est un indicateur clair de la raison pour laquelle le Groupe de Minsk (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) de l’OSCE, dirigé par des coprésidents qui doivent être impartiaux, n’a fourni aucune solution tout en étant partial», a déclaré le ministère dans une déclaration écrite.

Elle est exemplaire dans la manière dont les principes les plus fondamentaux du droit international, de la légitimité et de la légitimité peuvent être ignorés au nom des affaires internes, a-t-il ajouté.

Le Groupe de Minsk, coprésidé par la France, la Russie et les États-Unis, a été formé en 1992 pour trouver une solution pacifique au conflit entre Bakou et Erevan sur la région occupée du Haut-Karabakh; cependant, depuis des années, il n’a pas été en mesure de fournir une solution.

De nouveaux affrontements ont éclaté le 27 septembre, se poursuivant pendant 44 jours, au cours desquels Bakou a libéré plusieurs villes et près de 300 de ses colonies et villages de l’occupation arménienne. Le 10 novembre, les deux pays ont signé un accord négocié par la Russie pour mettre fin aux combats et travailler à une solution globale.

La résolution symbolique ne signifie pas que le gouvernement français reconnaîtra un Haut-Karabakh souverain mais envoie un message de soutien à l’importante communauté arménienne française. Aucun pays ne reconnaît la région – sur laquelle l’Arménie et l’Azerbaïdjan sont en désaccord depuis des décennies – comme indépendante. La résolution française appelle le gouvernement à «reconnaître la République du Haut-Karabakh et à utiliser cette reconnaissance comme un instrument de négociation pour l’établissement d’une paix durable». Il appelle également le gouvernement à poursuivre une réponse européenne plus ferme à l’égard de la Turquie, qui a soutenu l’Azerbaïdjan dans le conflit.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus