Un scientifique lié au programme nucléaire militaire tué en Iran

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un scientifique iranien qui, selon Israël, a dirigé le programme nucléaire militaire de la république jusqu’à sa dissolution au début des années 2000 a été tué dans une attaque ciblée qui a vu des hommes armés utiliser des explosifs et des tirs de mitrailleuses vendredi, a annoncé la télévision d’État.

Israël a refusé de commenter immédiatement le meurtre de Mohsen Fakhrizadeh, que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé une fois lors d’une conférence de presse en disant: « Souvenez-vous de ce nom. »

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré vendredi que l’assassinat d’un scientifique lié au programme nucléaire militaire dissous du pays avait de « sérieuses indications » d’un rôle israélien. Netanyahu lui-même a nommé le scientifique tué à l’extérieur de Téhéran.

« Les terroristes ont assassiné un éminent scientifique iranien aujourd’hui. Cette lâcheté – avec de sérieuses indications sur le rôle israélien – montre un bellicisme désespéré des auteurs », a écrit Zarif.

Israël est depuis longtemps soupçonné d’avoir perpétré une série d’assassinats ciblés de scientifiques nucléaires iraniens il y a près de dix ans. La télévision d’État a déclaré que Fakhrizadeh avait été attaqué par des « éléments terroristes armés ». Il est mort dans un hôpital local après que les médecins et les para-universitaires n’aient pas pu le faire revivre.

L’agence de presse semi-officielle Fars, qui serait proche des gardiens de la révolution du pays, a déclaré que l’attaque avait eu lieu à Absard, une petite ville juste à l’est de la capitale, Téhéran. Il a déclaré que des témoins avaient entendu le bruit d’une explosion puis des tirs de mitrailleuses.

L’attaque visait une voiture dans laquelle se trouvait Fakhrizadeh, a indiqué l’agence. Les blessés, y compris les gardes du corps de Fakhrizadeh, ont ensuite été emmenés dans un hôpital local, a indiqué l’agence.

La télévision d’État a par la suite publié sur son site Internet une photo des forces de sécurité bloquant la route. Des photos et des vidéos partagées en ligne montraient une berline Nissan avec des trous de balle à travers le pare-brise et du sang accumulé sur la route.

Aucun groupe n’a immédiatement revendiqué la responsabilité de l’attaque. Cependant, les médias iraniens ont tous noté l’intérêt que Netanyahu avait précédemment montré à Fakhrizadeh.

Hossein Salami, commandant en chef de la garde paramilitaire, a semblé reconnaître l’attaque de Fakhrizadeh.

« Assassiner des scientifiques nucléaires est la confrontation la plus violente qui nous empêche d’atteindre la science moderne », a tweeté Salami.

Hossein Dehghan, conseiller du chef suprême iranien et candidat à l’élection présidentielle iranienne de 2021, a lancé un avertissement sur Twitter.

« Dans les derniers jours de la vie politique de leur allié du jeu, les sionistes cherchent à intensifier et à accroître la pression sur l’Iran pour qu’il mène une guerre à part entière », a écrit Dehghan, faisant référence au président américain Donald Trump. « Nous descendrons comme un éclair sur les assassins de ce martyr opprimé et nous leur ferons regretter leurs actes! »

La zone autour d’Absard regorge de villas de vacances pour l’élite iranienne avec vue sur le mont Damavand, le plus haut sommet du pays. Vendredi, dans le cadre du week-end iranien, les routes étaient plus vides que la normale en raison d’un verrouillage sur la pandémie de coronavirus, offrant à ses attaquants une chance de frapper avec moins de monde.

Fakhrizadeh a dirigé le soi-disant programme «Amad» ou «Hope» de l’Iran.

Israël et l’Occident ont affirmé qu’il s’agissait d’une opération militaire examinant la faisabilité de la construction d’une arme nucléaire en Iran. Téhéran soutient depuis longtemps que son programme nucléaire est pacifique. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) affirme que le programme «Amad» a pris fin au début des années 2000. Les inspecteurs de l’AIEA surveillent maintenant les sites nucléaires iraniens dans le cadre de l’accord nucléaire iranien en cours de démolition avec les puissances mondiales.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus