Le parti allemand d’extrême droite tient un congrès malgré les restrictions du COVID-19

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Environ 600 délégués du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) se sont réunis samedi pour un congrès qui, selon les autorités, pourrait devenir un point chaud du coronavirus, alors que le parti s’aligne de plus en plus sur les militants protestant contre les restrictions anti-COVID.

Le co-leader de l’AfD, Tino Chrupalla, a ouvert l’événement en attaquant la politique d ‘«état d’urgence» introduite par le gouvernement de la chancelière Angela Merkel pour lutter contre la crise sanitaire.

« Des vies ont été brisées, il y a une vague de faillites … beaucoup de gens ont perdu leur emploi », a-t-il déclaré au congrès qui se tenait dans une vaste salle d’une ancienne centrale nucléaire de la ville de Kalkar, dans l’ouest de la ville.

Pour obtenir l’approbation de l’énorme rassemblement à un moment où les Allemands sont invités à limiter leurs contacts à seulement deux ménages à la fois, l’AfD a dû souscrire à des règles strictes, notamment le port obligatoire du masque et la distanciation sociale.

À l’extérieur de la salle – maintenant un hôtel et un complexe de loisirs – environ 500 personnes ont manifesté contre l’organisation de la conférence à la suite d’un appel de la coalition «Stand up to Racism».

Le maire de Kalkar, Britta Schulz, avait déclaré qu’il était « irresponsable » d’organiser un événement aussi important et a averti qu’il pourrait « devenir un point chaud (de virus) », mais a reconnu que le rassemblement ne pouvait pas être interdit.

En revanche, l’Union chrétienne-démocrate de Merkel a reporté à deux reprises son congrès pour élire un nouveau chef en raison des risques de contagion du coronavirus.

Le parti vert le week-end dernier a tenu sa réunion en ligne.

Faisant fi des risques éventuels, le porte-parole de la politique de santé de l’AfD, Detlev Spangenberg, a déclaré: « Le coronavirus est comparable à la grippe en termes de cours de la maladie ainsi qu’en termes de létalité. Donc les mesures sérieuses (prises pour la combattre) ne sont pas proportionnés. « 

L’Allemagne a enregistré plus d’un million d’infections à coronavirus et près de 16000 personnes sont décédées, selon les données officielles.

‘Propagande de guerre’

L’AfD fait l’objet de controverses répétées depuis qu’elle a commencé sa vie en tant qu’entité eurosceptique il y a sept ans.

En 2015, alors que l’opinion publique s’empirait de la décision de Merkel de garder les frontières de l’Allemagne ouvertes à des centaines de milliers de personnes fuyant la guerre en Irak et en Syrie, l’AfD s’est transformée en un parti anti-immigration.

Il a été récompensé pour son positionnement islamophobe lors des élections de 2017 lorsque les électeurs l’ont envoyé au Bundestag pour la première fois pour devenir le plus grand groupe d’opposition au parlement.

Un an avant les élections nationales, le parti se positionne une fois de plus aux côtés des militants qui se dressent contre le gouvernement – cette fois sur les freins imposés pour lutter contre la pandémie COVID-19.

Le co-chef du parti, Alexander Gauland, a récemment accusé le gouvernement d’utiliser la «propagande de guerre» pour défendre sa «dictature corona».

Les politiciens de l’AfD défilent désormais régulièrement aux côtés des manifestants contre les freins à coronavirus.

Lors de la dernière série de manifestations à Berlin, lorsque la violence a atteint un niveau que le chef de la police de la capitale a déclaré avoir été invisible depuis des décennies, un homme politique de l’AfD a été accusé d’avoir utilisé un faux certificat médical pour affirmer qu’il ne pouvait pas porter le couvre-nez et la bouche requis.

Dans un incident distinct récemment, Gauland a été contraint de s’excuser après que deux législateurs de l’AfD aient invité au parlement deux YouTubers d’extrême droite qui ont continué à harceler des politiciens dans le bâtiment.

Néanmoins, les notes de l’AfD se sont maintenues à environ 10%, contre des sommets de 15% à 16% au plus fort de la crise des migrants.

Les luttes intestines toxiques entre les ultra-conservateurs et d’autres membres du parti ont affaibli l’AfD.

Certains électeurs sont également découragés par l’association avec des skinheads néo-nazis, la faction la plus radicale de l’AfD « Fluegel » faisant désormais l’objet d’une surveillance officielle par l’agence de renseignement allemande.

Au lieu de cela, les cotes d’approbation pour Merkel – qui doit se retirer de la politique l’année prochaine – ont atteint de nouveaux sommets, la grande majorité de la population ayant exprimé sa satisfaction quant à sa gestion de la pandémie.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus