L’assassinat d’un scientifique pourrait nuire aux options de dialogue de Biden avec l’Iran

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’assassinat d’un scientifique nucléaire iranien de haut niveau, que Téhéran a imputé à Israël, risque non seulement d’augmenter les tensions dans la région, mais complique également gravement les projets du président élu américain Joe Biden de reprendre le dialogue avec le pays du Moyen-Orient, ont déclaré samedi des analystes.

L’Iran a accusé son ennemi israélien de chercher à semer le «chaos» en tuant Mohsen Fakhrizadeh, 59 ans, et a fortement laissé entendre que l’État juif agissait avec la bénédiction des États-Unis.

Washington n’a pas officiellement commenté l’opération, dans laquelle des hommes armés ont visé la voiture de Fakhrizadeh sur une route à l’extérieur de Téhéran, selon le ministère iranien de la Défense.

Mais le président américain Donald Trump a retweeté les commentaires d’autres personnes sur l’incident, dont au moins un qui disait que le scientifique était « recherché depuis de nombreuses années par le Mossad », l’agence de renseignement israélienne.

Trump en 2018 a retiré les États-Unis de l’accord nucléaire multinationale avec l’Iran, lançant à la place une campagne de « pression maximale », qu’il semble déterminé à poursuivre jusqu’à ce qu’il quitte ses fonctions en janvier.

Le secrétaire d’État Mike Pompeo, qui s’est récemment rendu en Israël, a annoncé vendredi de nouvelles sanctions économiques contre certaines entreprises chinoises et russes accusées d’avoir soutenu le programme de missiles iranien.

« Cette administration … est là jusqu’au 20 janvier » et continuera « à poursuivre sa politique », a déclaré un haut responsable américain voyageant avec Pompeo lors d’une escale dimanche à Abu Dhabi.

« J’espère que cet effet de levier que l’administration travaille si dur pour obtenir sera utilisé à bon escient pour amener les Iraniens à recommencer à se comporter comme un état normal. »

‘Acte criminel’

Mais pour certains analystes américains, le meurtre de Fakhrizadeh était un acte dangereux qui sape l’intention déclarée de Biden d’offrir à l’Iran « une voie crédible de retour à la diplomatie » comme une étape vers le retour des États-Unis à l’accord nucléaire.

Infographie AA

L’ancien chef de la CIA, John Brennan, a tweeté vendredi que l’assassinat du scientifique était un « acte criminel et très imprudent », affirmant qu’il « risquait de subir des représailles mortelles et une nouvelle vague de conflit régional ».

Brennan, qui dirigeait l’agence de renseignement américaine de 2013 à 2017, lorsque Barack Obama était président et Biden était vice-président, a exhorté l’Iran à « attendre le retour d’un leadership américain responsable sur la scène mondiale et à résister à l’envie de répondre contre les coupables présumés. . « 

Alors que les États-Unis déplaçaient un groupe de transporteurs dirigé par l’USS Nimitz vers le Golfe – tout en insistant que cela n’avait rien à voir avec l’assassinat – l’Allemagne a mis en garde samedi contre toute nouvelle « escalade ».

« Nous appelons toutes les parties à éviter de prendre des mesures qui pourraient conduire à une nouvelle escalade de la situation » dont « nous n’avons absolument pas besoin en ce moment », a déclaré un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères à l’Agence France-Presse (AFP).

« Des semaines avant qu’un nouveau gouvernement n’entre en fonction aux États-Unis, le dialogue existant avec l’Iran doit être maintenu afin de résoudre par la négociation le conflit sur le programme nucléaire iranien ».

Pendant ce temps, la rapporteure spéciale des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, s’est déclarée préoccupée par le meurtre.

« Un meurtre ciblé extraterritorial, en dehors d’un conflit armé est une violation du droit international des droits humains interdisant la privation arbitraire de la vie et une violation de la Charte des Nations Unies interdisant l’usage de la force extraterritoriale en temps de paix », a-t-elle déclaré.

‘Action scandaleuse’

Ce point de vue était partagé par Ben Friedman, un spécialiste de la défense à l’Université George Washington.

Le meurtre, a-t-il dit, était « un acte de sabotage contre la diplomatie et les intérêts américains » et « aiderait probablement les extrémistes iraniens qui veulent des armes nucléaires ».

Pour Ben Rhodes, ancien conseiller d’Obama, «il s’agit d’une action scandaleuse visant à saper la diplomatie entre une nouvelle administration américaine et l’Iran».

« Il est temps que cette escalade incessante cesse », a-t-il ajouté.

Certains analystes, cependant, ont vu le meurtre en Iran comme un levier pour la nouvelle administration américaine qui pourrait être utile dans d’éventuelles négociations avec Téhéran.

« Encore près de deux mois avant que Joe Biden ne prenne ses fonctions », a noté Mark Dubowitz, directeur de la Fondation pour la défense des démocraties (FDD).

« Beaucoup de temps pour les États-Unis et Israël pour infliger de graves dommages au régime iranien – et créer un levier pour l’administration Biden. »

La Turquie condamne le meurtre

Pendant ce temps, la Turquie a condamné le meurtre de Fakhrizadeh.

« Nous regrettons que le scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh ait perdu la vie à la suite d’une attaque armée à Téhéran. Nous condamnons ce meurtre odieux et présentons nos condoléances au gouvernement iranien et à la famille du défunt », a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

La Turquie s’oppose à toutes sortes de tentatives de « perturber la paix et la tranquillité » dans la région et le terrorisme, quels qu’en soient les auteurs ou la cible, a-t-il déclaré. « À cet égard, nous espérons que ceux qui ont commis l’action seront dévoilés et tenus pour responsables devant la justice, et nous invitons toutes les parties à agir avec bon sens et retenue, et à éviter les tentatives qui conduiront à une escalade dans la région. »

Fakhrizadeh, qui dirigeait la recherche et l’innovation au ministère de la Défense, a été attaqué vendredi dans le comté de Damavand près de Téhéran. Des assaillants auraient bombardé un véhicule devant Fakhrizadeh et tiré sur son véhicule, le blessant ainsi que d’autres avec lui.

Les blessés ont été transportés dans un hôpital où Fakhrizadeh est décédé des suites de ses blessures.

Le président iranien Hassan Rohani s’est joint à de hauts responsables samedi pour accuser Israël d’avoir tué le principal scientifique nucléaire. C’est une attaque qui attise les flammes de la tension dans la région.

L’attaque a suscité la colère et l’indignation dans tout l’Iran. Un grand groupe de manifestants s’est rassemblé devant le bureau de Rohani vendredi soir à Téhéran et a exigé de fortes représailles.

C’est le deuxième assassinat très médiatisé d’un Iranien depuis janvier, lorsqu’une frappe aérienne américaine a tué le général Qassem Soleimani à Bagdad.

Les responsables iraniens voient la coordination israélo-américaine dans cette attaque.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus