Le nombre de morts s’élève à 110 après que des militants de Boko Haram ont attaqué une ferme au Nigeria, selon l’ONU

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une attaque du week-end contre un village du nord-est du Nigéria imputé au groupe Boko Haram a fait au moins 110 morts, a déclaré dimanche le coordinateur humanitaire de l’ONU dans le pays.

« Au moins 110 civils ont été impitoyablement tués et de nombreux autres ont été blessés dans cette attaque », a déclaré Edward Kallon dans un communiqué après que les premiers bilans indiquent 43 puis au moins 70 morts du massacre de samedi par des combattants présumés de Boko Haram.

« Cet incident est l’attaque directe la plus violente contre des civils innocents cette année », a déclaré Kallon, ajoutant: « J’appelle à traduire en justice les auteurs de cet acte odieux et insensé ».

Les effusions de sang ont eu lieu dans le village de Koshobe, près de la ville principale de Maiduguri, les assaillants ciblant les agriculteurs dans les rizières.

Le gouverneur de Borno, Babaganan Umara Zulum, a assisté dimanche à l’enterrement dans le village voisin de Zabarmari de 43 corps retrouvés samedi, affirmant que le bilan pourrait augmenter après la reprise des opérations de recherche.

Selon l’Agence France-Press (AFP), les victimes se trouvaient parmi des ouvriers de l’État de Sokoto dans le nord-ouest du Nigéria, à environ 1000 kilomètres (600 miles), qui s’étaient rendus dans le nord-est pour trouver du travail, a-t-il précisé. Six ont été blessés lors de l’attaque et huit sont toujours portés disparus samedi.

Kallon, citant «des informations selon lesquelles plusieurs femmes auraient été enlevées», a appelé à leur libération immédiate et à leur retour en sécurité.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a condamné l’attaque, déclarant: « Le pays tout entier a été blessé par ces meurtres insensés. »

L’attaque a eu lieu alors que les électeurs se rendaient aux urnes lors d’élections locales longtemps retardées dans l’État de Borno.

Parallèlement, le ministère turc des Affaires étrangères a également dénoncé l’attaque meurtrière de dimanche, qualifiant le massacre de « brutal » et offrant ses condoléances aux familles de ceux qui ont perdu la vie.

<< On a appris avec une grande tristesse que plus de 40 travailleurs agricoles ont perdu la vie et ont été grièvement blessés lors de l'attaque brutale contre une rizière dans la ville de Zabarmari dans l'État de Borno au Nigéria le 28 novembre 2020 par l'organisation terroriste Boko Haram . Nous condamnons cette attaque et présentons nos sincères condoléances aux familles de ceux qui ont perdu la vie dans l’attaque et au peuple frère du Nigéria. Nous souhaitons aux blessés un prompt rétablissement », indique le communiqué.

Boko Haram a lancé une insurrection sanglante en 2009 dans le nord-est du Nigéria, mais a ensuite propagé ses atrocités au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins, provoquant une réponse militaire.

Plus de 30 000 personnes ont été tuées et près de 3 millions de personnes déplacées en une décennie de violence de Boko Haram au Nigéria, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.

La violence de Boko Haram a touché 26 millions de personnes dans la région du lac Tchad et déplacé 2,6 millions d’autres, selon l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus