Amnesty demande au CSNU de maintenir l’embargo sur les armes au Soudan du Sud

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Amnesty demande au CSNU de maintenir l'embargo sur les armes au Soudan du Sud

Amnesty International a exhorté lundi le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) à maintenir son embargo sur les armes contre le Soudan du Sud dans un contexte de violences généralisées contre des civils par le gouvernement et d’anciennes forces d’opposition.

Le groupe basé à Londres a accusé les combattants des Forces de défense du peuple du Soudan du Sud (SSPDF) et de l’Armée de libération du peuple soudanais en opposition (SPLA-IO) – tous deux fidèles à l’ancien chef de l’opposition et maintenant le premier vice-président Riek Machar – de caractère extrajudiciaire exécutions, déplacements forcés, torture et destruction de biens civils.

Il a déclaré avoir documenté de telles violations entre avril et juin dans l’État de l’Équateur central, au sud-ouest de la capitale Juba, contre des civils accusés de nourrir les rebelles du Front de salut national et de servir de leurs informateurs.

Plus tôt cette année, alors que les responsables du Soudan du Sud ont demandé la levée de l’embargo sur les armes, les soldats du gouvernement tiraient sur des civils, incendiaient des maisons, violaient des femmes et des filles et déplaçaient des dizaines de milliers de personnes de leurs villages du sud du pays, « , A déclaré le directeur d’Amnesty International pour l’Afrique orientale et australe, Deprose Mucsouth, dans un communiqué.

Les autorités ont cependant rejeté les allégations, le porte-parole de l’armée par intérim, Santo Domic, déclarant à l’Agence Anadolu (AA) qu’elles n’étaient pas dans l’intérêt de la paix au Soudan du Sud.

« Je ne pense pas qu’un esprit dans son bon état puisse digérer cela. Tout d’abord, nous, à la SSPDF, condamnons toute incidence contre des civils dans le pays », a déclaré Domic.

Le porte-parole des forces du SPLM-IO, Lam Paul Gabriel, a qualifié le rapport d’Amnesty de « complètement sans fondement et sans substance ».

Amnesty International a déclaré avoir documenté 110 structures détruites lors de plusieurs attaques en Équatorie centrale et a déclaré avoir été témoin d’un pic de violence de 400% dans les États de Jonglei, des lacs, de Warrap et de l’Équatoria occidental par rapport à la même période en 2019.

<< Nos recherches révèlent que les soldats de la SSPDF et de la SPLA-IO violent régulièrement le droit international humanitaire et ne parviennent pas à protéger les civils. Alors que ces attaques horribles se poursuivent, il est vital que le CSNU demande au Soudan du Sud de mettre fin à ces crimes de guerre et de traduire les auteurs en justice tout en maintenant l’embargo sur les armes sur le pays », a déclaré Muchena.

Les survivants des attaques « ont décrit comment les soldats du gouvernement ont attaqué les habitants avec des couteaux, versé de l’eau bouillante sur une femme et pillé des maisons et du bétail », a déclaré Amnesty, appelant le Conseil de sécurité à maintenir l’embargo sur les armes.

« Tout simplement, le gouvernement du Soudan du Sud n’a pas réussi à protéger son peuple. Il serait irresponsable de la part du Conseil de sécurité de suspendre ou de lever l’embargo sur les armes maintenant, à la lumière des horribles violations des droits de l’homme commises par les forces gouvernementales », a déclaré Muchena m’a dit.

Les habitants de la région du Grand Equatoria ont déclaré aux AA qu’ils étaient toujours témoins de combats entre le gouvernement et les forces d’opposition, leur vie étant toujours en danger car ils ne peuvent pas se déplacer d’un endroit à l’autre parce que les forces des deux côtés ont continué à piller leurs biens.

Le Soudan du Sud, qui s’est séparé de son voisin du nord, le Soudan en 2011, est ébranlé par des années de guerre civile entre les forces gouvernementales sous le président Salva Kiir et celles alliées à Machar. Le conflit de cinq ans a fait environ 400 000 morts, déclenché une famine et créé la plus grande crise de réfugiés en Afrique depuis le génocide de 1994 au Rwanda.

Plus de 190 000 personnes sont toujours hébergées dans plusieurs camps gérés par l’ONU, comme celui de Juba, selon Reuters.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus