La brutalité policière française réveille le traumatisme d’Alep d’un photographe syrien

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un photographe syrien blessé lors d’une manifestation du week-end à Paris a déclaré lundi que la vue du « sang partout » lors des affrontements entre la police et les manifestants lui avait rappelé la répression dans son pays d’origine il y a près d’une décennie.

Ameer al-Halbi, un photographe indépendant qui a travaillé pour l’Agence France-Presse (AFP) et qui a couvert la guerre civile syrienne depuis sa ville natale d’Alep, avait besoin de soins pour des blessures au visage qui ont provoqué des saignements abondants.

L’AFP et d’autres organes de presse ont condamné l’incident et la police parisienne a lancé une enquête interne pour déterminer les circonstances dans lesquelles al-Halbi a été blessé alors qu’il couvrait la manifestation.

Al-Halbi a déclaré qu’il avait été touché alors qu’il prenait des photos des forces de sécurité à l’aide de matraques pour disperser la manifestation sur la place de la Bastille dans le centre de Paris contre la nouvelle législation sur la sécurité.

« Cela m’a rendu fou qu’à Paris les images d’Alep reviennent. La même situation, avec du sang partout, neuf ans plus tard », a déclaré à l’AFP al-Halbi, 24 ans, alors qu’il se rétablissait chez lui à Paris.

« Je fais toujours mon travail. Je ne m’y attendais pas », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que la situation lui avait rappelé une manifestation à laquelle il avait assisté à Alep en 2012, au début du soulèvement contre le régime de Bashar Assad, où il avait été blessé par deux balles à la main.

Comme à Paris, «j’étais coincé entre les manifestants et la police et je n’ai pas pu me rendre immédiatement à l’hôpital».

« Je ne fais certainement pas de comparaison entre la France et la Syrie – la violence y est incomparable », a déclaré al-Halbi.

« Mais c’était choquant de le revivre à Paris, dans un endroit où je n’aurais jamais imaginé voir du sang partout », a-t-il déclaré.

‘Peur de perdre la caméra’

Al-Halbi a déclaré que les affrontements avaient commencé à son arrivée sur la place de la Bastille, mais qu’il avait continué à prendre des photos malgré la situation de plus en plus tendue.

«Juste avant (d’être frappé), j’ai pris des photos de policiers qui battaient quelqu’un», a-t-il déclaré.

Al-Halbi a déclaré qu’il était tellement concentré sur la prise de photos qu’il n’était pas clair ce qui s’est passé ensuite.

« La police est arrivée et je me suis retrouvé au sol … Je pense que c’était un seul coup. Des gens m’ont marché et quelqu’un m’a aidé », a-t-il dit.

Photographe indépendant syrien Ameer al-Halbi, blessé lors d'affrontements lors d'une manifestation contre le

Il a déclaré qu’il n’avait pas d’équipement de protection car il avait été « confisqué par la police » lors d’une précédente manifestation de manifestants anti-gouvernementaux « gilets jaunes », car il n’avait pas de carte de presse.

«J’avais plus peur de perdre mon appareil photo que peur pour moi-même. Je ne pensais pas que j’étais blessé, je ne ressentais pas vraiment la douleur», a-t-il déclaré.

« Quand je suis arrivé au bout de la rue, j’ai vu du sang sur les vêtements, sur la caméra », a déclaré al-Halbi.

Les médecins ont opéré son nez et ses yeux pendant 30 minutes sans anesthésie car ils craignaient une hémorragie. «J’ai pleuré. C’était très douloureux», dit-il.

Al-Halbi, qui est arrivé en France il y a trois ans et a remporté plusieurs prix pour sa couverture de la Syrie, a déclaré qu’il ne croyait pas auparavant que la police pouvait utiliser la violence en dehors de son pays d’origine.

«La première fois que j’ai couvert une manifestation à Paris, j’ai pris des photos qui montraient de la violence mais j’étais dans un pays qui respectait la liberté de la presse. Donc je ne m’attendais pas à cela à Paris. C’était un choc. Je ne peux pas dormir – je continue de tout voir encore une fois », dit-il.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus