le Premier ministre menace les dirigeants du Tigré, qui affirment pousuivre le combat

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a prévenu lundi les dirigeants de la région dissidente du Tigré, en fuite après la prise de leur capitale Mekele, qu’ils étaient dans la ligne de mire de l’armée, mais leur chef a assuré que le combat se poursuivait.

Le président du Tigré, Debretsion Gebremichael, a déclaré au téléphone à l’AFP être déterminé à rester dans la région pour affronter « les envahisseurs », assurant que « les combats se poursuivaient », deux jours après la victoire militaire proclamée par M. Abiy sur les forces du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), qui dirigeait cette région.

Il a accusé le Premier ministre éthiopien, Prix Nobel de la paix en 2019 devenu chef de guerre, de « tenter de tromper la communauté internationale en faisant croire que tout est terminé ».

M. Abiy a envoyé l’armée au Tigré (Nord) le 4 novembre pour remplacer par « des institutions légitimes » les autorités régionales qui défiaient depuis des mois l’autorité de son gouvernement.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo l’a appelé lundi à une « cessation totale des combats » et à permettre « un accès humanitaire sans entrave » à la région du Tigré. « Il est essentiel de régler le conflit en cours et de maintenir l’Ethiopie sur le chemin de la démocratie », a souligné M. Pompeo sur Twitter, après s’être entretenu au téléphone avec M. Abiy.

Samedi soir, Abiy Ahmed avait annoncé que l’armée avait pris le contrôle de Mekele, où étaient retranchés les dirigeants de la région, désormais « pourchassés » pour être traduits en justice.

« Je veux qu’ils m’entendent : hier (dimanche) soir, vers minuit, nous voyions, de la salle de crise, de l’agitation dans la zone qui va de Hagere Selam à Abiy Addi », deux localités situées à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Mekele, a-t-il lancé lundi aux dirigeants du TPLF.

– « Mekele est à nous » –

« Nous ne les avons pas attaqués de nuit parce qu’ils ont emmené avec eux dans leur retraite leurs épouses, leurs enfants et nos soldats capturés (…) Mais cela ne va pas continuer », a-t-il expliqué dans une intervention de quatre heures devant la Chambre des représentants du Peuple (la chambre basse du Parlement).

Le blackout quasi total au Tigré depuis le début du conflit rend difficile la vérification indépendante des informations de l’un et l’autre camp.

Le TPLF prétend représenter la minorité tigréenne (6% des 110 millions d’Ethiopiens).

Aucun bilan précis n’est jusqu’ici disponible mais l’International Crisis Group (ICG) a évoqué vendredi « plusieurs milliers de morts dans les combats » dont « de nombreux civils ». En outre, plus de 43.000 Ethiopiens ont fui le Tigré vers le Soudan voisin.

La communauté internationale s’est maintes fois inquiétée des conséquences pour les civils de l’opération militaire, l’ONU évoquant de possibles « crimes de guerre », mais M. Abiy a assuré lundi que l’armée n’avait fait aucune victime civile en prenant le contrôle de Mekele et d’autres villes tigréennes.

« Mekele est à nous », les Ethiopiens, « nous n’allons pas la détruire », a souligné le Premier ministre, affirmant que « pas une seule personne n’a été blessée dans l’opération à Mekele ».

Il a nié les allégations des autorités tigréennes selon lesquelles les frappes aériennes ont provoqué la mort de nombreux civils : « 99% (des projectiles) ont touché leur cible et 99% n’ont pas causé de dommages collatéraux », a-t-il asséné.

– « Profilage ethnique » –

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a signalé dimanche que les hôpitaux de Mekele, où manquent matériel et médicaments, étaient submergés par les blessés, 24 heures après l’annonce de la prise de la ville, sans préciser si ces blessés étaient des militaires ou des civils.

La Commission éthiopienne des droits de l’Homme a fait part lundi de sa « vive préoccupation », après avoir constaté des contrôles par les forces de sécurité, fondés sur l’origine communautaire, « en dépit de tout cadre légal autorisant le profilage ethnique ».

Lundi, M. Abiy a promis que les réfugiés au Soudan pourraient rapidement retourner en Ethiopie, alors que certains ont confié à l’AFP sur place avoir peur de rentrer au Tigré sous contrôle des forces gouvernementales.

Depuis que M. Abiy est devenu Premier ministre en 2018, les tensions n’ont cessé de croître avec le TPLF, progressivement écarté du pouvoir après avoir contrôlé pendant 30 ans l’appareil politique et sécuritaire du pays.

Elles ont culminé avec l’organisation en septembre au Tigré d’un scrutin qualifié d' »illégitime » par Addis Abeba, puis avec l’attaque de deux bases militaires au Tigré par les forces tigréennes, que le TPLF a démenties.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus