Le SIDA ne sera plus une menace publique pour l’Afrique du Sud d’ici 2030

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Le SIDA ne sera plus une menace publique pour l'Afrique du Sud d'ici 2030

L’Afrique du Sud est susceptible de mettre fin au sida en tant que menace pour la santé publique d’ici 2030, a déclaré lundi le président Cyril Ramaphosa avant la Journée mondiale du sida le 1er décembre.

«Bien que nous ayons réduit le nombre de décès et de nouvelles infections, nous sommes encore loin d’atteindre l’objectif que nous nous sommes fixé en 2016, à savoir une réduction de 75% des infections à VIH d’ici 2020. Si nous y parvenons, nous mettrons probablement un terme au sida. menace pour la santé publique d’ici 2030  », a-t-il écrit dans son bulletin hebdomadaire.

«Demain, nous nous joindrons à des personnes du monde entier pour marquer la Journée mondiale du sida».

La journée internationale est consacrée à la sensibilisation à la pandémie du sida, causée par la propagation du VIH, et au deuil de ceux qui sont morts de la maladie.

Ramaphosa a déclaré que pour atteindre l’objectif, ils devaient faire beaucoup plus pour s’assurer que les jeunes soient responsabilisés afin de prévenir les infections, ce qui comprend le changement de comportement, l’accès aux préservatifs et des tests réguliers.

« Nous devons nous assurer que toute personne infectée a accès aux traitements et aux soins », a-t-il déclaré.

Le dirigeant sud-africain a déclaré que son pays, qui compte le plus grand nombre de personnes vivant avec le VIH au monde, avait fait des progrès au cours de la dernière décennie en réduisant le nombre de nouvelles infections et de décès associés de près de 60%.

Selon l’ONUSIDA, 7,7 millions de personnes vivaient avec le VIH en Afrique du Sud en 2018.

Il a appelé à davantage d’efforts pour la prévention du VIH parmi les populations clés, y compris les professionnel (le) s du sexe et les consommateurs de drogues injectables.

« Nous devons mettre fin à la stigmatisation et à la discrimination envers ces populations. Nous ne pouvons pas espérer mettre fin au VIH si nous ignorons les besoins, les préoccupations et les droits d’une partie de notre population », a-t-il déclaré.

Ramaphosa a fait valoir que si le monde veut mettre fin au sida en tant que menace pour la santé publique au cours de la prochaine décennie, il devrait combiner les percées médicales avec des changements fondamentaux de comportement.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus