Un camp insalubre au Soudan ou le Tigré en guerre, le cruel dilemme des réfugiés

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les Ethiopiens ayant fui le conflit au Tigré sont confrontés à un cruel dilemme: endurer des conditions difficiles dans un camp de réfugiés ou prendre le risque de rentrer dans leur région en guerre.

Plus de 45.000 personnes ont fui du Tigré vers le Soudan depuis l’offensive lancée le 4 novembre par le Premier ministre Abiy Ahmed contre le gouvernement dissident de cette région du nord de l’Ethiopie, pour y placer des institutions « légitimes ». M. Ahmed s’est engagé à protéger les civils et a maintes fois appelé au retour des réfugiés.

En fuyant, des familles ont été séparées. Des agriculteurs ont été contraints d’abandonner précipitamment leurs champs alors que le sésame et le sorgho n’étaient pas encore récoltés.

Ils ont trouvé refuge au Soudan voisin dans des camps insalubres ayant un accès difficile à l’eau et à la nourriture, et des installations sanitaires insuffisantes.

Beaucoup espèrent un retour à la normale bientôt au Tigré, pour reprendre leur vie d’avant.

« J’adore l’Ethiopie. J’y ai laissé ma mère âgée et ma ferme. Si la guerre cesse, je reviendrai immédiatement », déclare à l’AFP Bergha Mongosto, au centre de transit « Village 8 », près de la frontière.

Drajo Germaya, hébergé par une famille soudanaise dans la ville frontalière de Hamdayit, est déterminé à rentrer quelle que soit l’issue des combats: « J’ai une ferme à Mai-Kadra (au Tigré, NDLR) et je ne veux pas vivre dans un camp de réfugiés », déclare-t-il. « Quand je rentrerai en Ethiopie, (…) ce sera la vie ou la mort là-bas ».

Mais certains, se disant marginalisés en Ethiopie, affirment n’avoir d’autre choix qu’une vie ailleurs.

« C’est très difficile ici mais je ne retournerai jamais au Tigré. Rentrer n’est pas une option », confie Dagaf Abraha, de l’ethnie tigréenne, après son transfert au camp de réfugiés d’Oum Raquba, à environ 80 kilomètres de la frontière.

« Le gouvernement d’Abiy Ahmed ne veut pas de l’ethnie tigréenne en Ethiopie », dit-il.

– Espoir de revenir –

M. Ahmed, prix Nobel de la paix en 2019, a déclaré samedi que les opérations militaires étaient « terminées » après la prise de la capitale régionale Mekele. Il a insisté sur la priorité d’un « retour à la normale » pour les habitants du Tigré, notamment « faire revenir ceux qui ont fui ».

Difficile de savoir ce qu’il se passe sur le terrain car les communications avec la région rebelle sont coupées depuis le début de l’offensive.

Selon des responsables de l’ONU, de très nombreuses personnes préfèrent rester près de la frontière avec l’espoir de rentrer rapidement chez elles.

« 80% des réfugiés sont des agriculteurs qui n’ont pas achevé leurs récoltes. Ils veulent y retourner pour le faire », explique à l’AFP Po Mayro du Haut commissariat aux Réfugiés (HCR) au centre de transit de Hamdayit.

Non seulement « ils ont abandonné leurs champs avant qu’ils ne soient moissonnés » mais ils ont aussi « laissé une partie de leurs familles et de leurs biens », a relevé samedi Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés.

Le Soudan, l’un des pays les plus pauvres au monde, peine déjà face à cet afflux soudain.

Cette crise est « au-dessus des capacités de l’Etat » frontalier de Gedaref, indiquait la semaine dernière à l’AFP Soliman Ali, son gouverneur.

– « Le gouvernement doit changer » –

M. Grandi a profité de sa visite à Oum Raquba pour lancer un appel aux donateurs: le Soudan a besoin de 150 millions de dollars pour faire face au flot de réfugiés.

Les conditions de vie et sanitaires sont difficiles. De nombreux cas de dysenterie, de tuberculose, de paludisme et de VIH ont été signalés, rapportent des médecins de l’ONG Mercy Corps, craignant que le surpeuplement n’aggrave la situation.

Aucun cas de coronavirus n’a été signalé à ce stade parmi les réfugiés, mais le risque d’une propagation rapide aux villages voisins préoccupe les esprits.

Malgré ces conditions difficiles, certains préfèrent la vie de réfugié à celle de citoyen sous le gouvernement d’Abiy Ahmed.

« Je n’y retournerai pas même si la situation se stabilisait. Je veux commencer à travailler ici », insiste Tekhlay Manout, au centre de transit « Village 8 ».

A Oum Raquba, Gabrahi Wadgeday rejette aussi tout retour: « Pourquoi y retournerais-je? Pour mourir? Je ne veux pas mourir », dit-il.

Burhan Youssef conditionne le sien à un changement de régime à Addis Abeba. « Il faut changer le gouvernement d’Abiy Ahmed et, dans ce cas, je rentrerai. Sinon je reste ici », dit cet homme de 77 ans.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus