« Suivre le même chemin (que mon père), c’est génial », savoure Mick Schumacher

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

« Suivre le même chemin (que mon père), c’est génial », avoue Mick Schumacher, fils du légendaire Michael Schumacher qui débutera en Formule 1 avec Haas la saison prochaine et qui, à 21 ans, est « habitué » à « gérer plutôt bien » l’attention des médias et du public suscitée par son illustre patronyme.

Q: Quel est votre sentiment après l’annonce de votre promotion en F1 ?

R: « C’est un rêve qui se réalise, un rêve après lequel je cours depuis mes trois ans. Ça arrive enfin et c’est génial ! (…) Je n’ai jamais perdu de vue cette idée, j’ai toujours été optimiste et convaincu que j’allais y arriver. C’est plus difficile quand les résultats ne sont pas là, donc c’est très bien qu’ils soient arrivés cette année en F2 (il est leader du championnat à une manche de la fin, ndlr), et la saison 2018 en F3 (qu’il a remportée, ndlr) a aussi montré que je ne suis pas un trop mauvais pilote, je crois ! »

Q: Vous marchez aussi dans les pas de votre père…

R: « C’est fantastique de faire le même sport, que nous aimons tant tous les deux. Suivre le même chemin, découvrir ce sport dans tous ces aspects, c’est génial. »

Q: Vous allez devoir composer avec une énorme attention des médias et du public à cause l’identité de votre père. Comment allez-vous gérer cela ?

R: « J’ai été sous les projecteurs depuis mon plus jeune âge, encore plus à cause du sport que je pratique. Je m’y suis habitué. Je le gère plutôt bien et je crois que mes résultats le prouvent. Je vais tâcher de faire de même l’an prochain. »

Q: Vous êtes proches de plusieurs figures de la F1 qui ont accompagné votre père (Jean Todt, le président de la Fédération internationale de l’automobile, Ross Brawn, le directeur sportif de la F1, et Stefano Domenicali, le futur PDG de la F1). Que vous apportent-ils ?

R: « Tous les trois ont été partie intégrante de la carrière de mon père et de la mienne. C’est fantastique de voir leur position dans le sport aujourd’hui et ça m’a aidé à le voir différemment, à travers leurs yeux et leur expérience, ce qui ne peut que m’aider dans le futur. Je vois tout le travail qu’ils ont réalisé avec mon père pour gagner ces championnats puis ensuite à la FIA et dans la F1. C’est fantastique de voir comment ils appréhendent ce sport et son développement avant de l’intégrer. Et je sais pouvoir toujours me reposer sur eux si j’ai des doutes. »

Q: Quels sont vos objectifs pour la saison à venir, sachant que Haas n’est pas au mieux sportivement ?

R: « Tu veux toujours t’améliorer entre le début et la fin de saison, c’est l’objectif et je ne vois pas pourquoi on n’y arriverait pas. On a une équipe très expérimentée, beaucoup de talents, donc je ne m’inquiète pas. On va bien travailler ensemble et améliorer la voiture autant que possible. (…) Mon approche pour l’an prochain est de progresser comme pilote et de donner le meilleur. Ça sera un défi, mais je sais que l’équipe a ce qu’il faut pour me permettre de grandir. »

Q: Rêvez-vous à un destin à la Charles Leclerc, de la filière de jeunes de Ferrari à la Scuderia en passant par une équipe cliente de son moteur, comme l’est Haas ?

R: « Mon parcours ne fait que commencer. Je suis très fier et heureux de piloter pour Haas l’an prochain et d’essayer de construire quelque chose ensemble. »

Propos recueillis lors d’un point presse virtuel.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus