attention au faux départ, mauvaise habitude des Françaises

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les handballeuses françaises mettent du temps ces dernières années à se montrer performantes dès le début des grands championnats, mais elles devront rectifier le tir dès vendredi contre le Monténégro pour bien lancer leur Euro-2020.

Depuis décembre 2017, les handballeuses françaises ont pris une mauvaise habitude: commencer leur tournoi par un revers. Ce fut le cas contre la Slovénie au Mondial-2017, contre la Russie à domicile à l’Euro-2018 et contre la Corée du Sud pour le Mondial-2019.

Si cela ne leur avait pas été préjudiciable en 2017 et 2018 puisqu’elles avaient remporté le tournoi au bout, elles n’avaient pu éviter la sortie de route dès le premier tour au Japon l’an passé.

Pour cet Euro-2020 au Danemark, premier championnat international de sports collectifs en salle depuis le début de la pandémie de Covid-19, les coéquipières de Siraba Dembélé se retrouvent dans un groupe relevé, avec le Monténégro, la Slovénie et le Danemark.

« Le Monténégro, c’est une équipe qui vient juste de changer d’entraîneur. Même si elles ne vont pas pouvoir révolutionner leur jeu en dix ou quinze jours, ça va être une surprise », prévient Béatrice Edwige, patronne de la défense française.

– « Aucun repère de compétition » –

Champion d’Europe en 2012 avec sa star Katarina Bulatovic, le Monténégro n’est plus la grande équipe qu’il a été, mais il a souvent accroché l’équipe de France en grand championnat (victoires françaises 25-22 en quarts du Mondial-2017, et 25-20 en phase de groupes à l’Euro-2018).

« Avec un changement d’entraîneur, on veut toujours montrer de belles choses, montrer que ça peut être efficient. Et on sait que c’est une équipe qui n’a pas beaucoup de rotation, mais en début de compétition elles sont fraîches, pleines de vie », se méfie Edwige, qui fait les beaux jours du club hongrois de Györ depuis 2019.

Les Françaises arrivent à cet Euro sans avoir disputé le moindre match de préparation, car le tournoi prévu la semaine dernière en Norvège a été annulé en raison de la pandémie de Covid-19.

« On n’a aucun repère de compétition. Il va falloir être très rigoureux tout de suite et à fond. Et absolument remporter ce premier match », espère le sélectionneur Olivier Krumbholz. Car les points perdus au premier tour manqueraient pour le tour principal.

Depuis leur échec du Mondial-2019 (élimination au premier tour), les Bleues ont disputé trois matches amicaux dans le cadre de la Golden League au Danemark en octobre. Et elles avaient corrigé au passage le Monténégro 29 à 13.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus