Ruinons la lune

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La Lune visible de Duisburg, Allemagne en janvier 2020.

La Lune visible de Duisburg, Allemagne en janvier 2020.
Photo: Marcel Kusch / DPA / AFP (Getty Images)

La Lune nous raille. Il est très loin, ce qui l’a historiquement protégé du désir inné de l’espèce humaine de le profaner. Heureusement, la NASA annoncé jeudi il a maintenant sélectionné les quatre entreprises avec lesquelles il conclura un contrat pour relancer le capitalisme sur la Lune, éliminant ainsi son avantage injuste et non acquis sur les primates hurlants.

Le gouvernement américain a longtemps rejeté l’idée que la Lune est une sorte de «Global commons», et ce n’est pas un signataire de l’Accord sur la Lune, un traité international destiné à promouvoir une répartition équitable des ressources extraterrestres et à prévenir les revendications territoriales, la militarisation et la contamination biologique ou industrielle des corps célestes. Au lieu de cela, il (et la plupart des autres pays dotés de programmes spatiaux avancés) considère les ressources extra-mondiales comme à gagner pour celui qui y arrive en premier. Cette année, la NASA a commencé sollicitation d’offres aux entreprises de lancer la première mission de collecte des roches lunaires et de les vendre in situ à la NASA, ce qui constituerait la première vente hors-monde de ressources spatiales.

La NASA a écrit dans l’annonce qu’elle avait sélectionné quatre sociétés pour le programme: Masten, basé en Californie, Lunar Outpost, basé au Colorado, et deux sociétés nommées iSpace du Japon et du Luxembourg. Aucune des entreprises ne recevra beaucoup de compensation pour l’effort – Masten sera payé le plus, à 15 000 $. Mais ils auront le droit de se vanter et une longueur d’avance technique sur le plan de la NASA visant à inaugurer une nouvelle ère de commerce privé sur le plus proche voisin stellaire de la Terre.

C’est pour le moins controversé. Selon CNN, A averti l’astronome de doctorat Stuart Clark dans Science Focus que l’exploitation minière lunaire pourrait entraîner une «ruée vers l’or» et une «mentalité de gagnant-emporte-tout», dans laquelle les scientifiques perdent des «indices géologiques précieux». Clive Neal, professeur d’ingénierie à l’Université de Notre Dame, a déclaré à CNN: «Ma façon de voir les choses est que si nous considérons les ressources lunaires comme des ressources pour la science, et une ressource pour l’exploration, et une ressource pour la participation commerciale, tout le monde y gagne parce que les ensembles de données qui dont nous avons besoin sont à peu près les mêmes. »

Le capitalisme est nul, mais si les astronautes libertaires et Amazon Space doivent aller quelque part, ils appartiennent à un tas de gravats morts, se balançant à 2288 miles par heure, régulièrement parsemés de météorites, et à environ 250.000 miles de nous. Le système économique régnant sur Terre prétend également générer de meilleurs rendements et des solutions créatives grâce à la concurrence, de sorte que le capitalisme pourrait tout aussi bien rivaliser pour survivre sur un corps céleste dont le cycle jour / nuit a Variations de température de 450 degrés, et les mythes de longue date sur le fromage à l’effet contraire, n’a pas de nourriture.

Voici quelques points en faveur de l’humanité qui baise la Lune, de ma part:

  • La Lune est un gros rocher muet qui zippe autour de la planète en cercle, ce qui présente un danger de circulation pour les voies de navigation proches de la Terre et panspermie.
  • Il n’y a pas de vie sur la Lune, ce qui signifie que tout mal que nous lui ferons n’aura un impact que sur les générations futures d’humains (moomans).
  • La valeur de la Lune est principalement esthétique et il est possible que l’habitation humaine à long terme d’une Lune horriblement polluée aboutisse à une culture qui trouve son paysage ravagé magnifiquement envoûtant.
  • La Lune n’a pas d’atmosphère et est exposée au rayonnement spatial; sa surface est recouverte d’horrible régolithe (essentiellement du verre brisé toxique), et l’absence de traînée atmosphérique rendrait très facile de tuer des gens sur de longues distances. Vous êtes déjà en danger de mort sur la Lune, que nous y déversions ou non du pétrole spatial. Si vous pensez qu’un petit asticot à base de carbone comme vous va foutre en l’air la Lune, alors faites attention, car la Lune vous a amené à marcher dans l’espace jusque dans son piège mortel.
  • Si nous réussissons à foutre la Lune, c’est une estimation 4,51 milliards d’années et ne remarquera pas.
  • Le colle vraiment à Dieu.
  • Peut avoir une base lunaire nazie secrète, auquel cas au diable la Lune pour héberger des nazis.

Je comprends que ces points, bien que très intelligents et oserais-je dire intellectuellement inattaquables, peuvent ne pas convenir aux sympathisants de Commie Moon et aux soi-disant «scientifiques». Si vous pensez que je me trompe sur la raison pour laquelle nous devrions piller le rocher du ciel en lévitation, dites-le-moi dans les commentaires ci-dessous.

Correction: La Lune varie d’environ 225 000 à 250 000 miles de la Terre en fonction de sa position en orbite. Nous regrettons l’erreur.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus