Le Myanmar accepte de commencer le rapatriement tant attendu des Rohingyas cette année

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le Myanmar a accepté les appels du Bangladesh lors d’une réunion tripartite facilitée par la Chine pour commencer le rapatriement tant attendu des Rohingyas au deuxième trimestre de cette année, ont annoncé mardi des responsables.

Le Bangladesh a fait de gros efforts pour commencer le rapatriement, mais le Myanmar l’a de nouveau retardé, cherchant du temps pour les arrangements logistiques.

« Nous avons fait pression pour lancer le rapatriement au premier trimestre, mais le Myanmar a demandé plus de temps pour les arrangements logistiques et certains arrangements physiques. Nous avons donc demandé de commencer le rapatriement au deuxième trimestre, et ils ont accepté », a déclaré le ministre des Affaires étrangères du Bangladesh, Masud Bin Momen. Après le meeting.

En outre, la Chine et le Myanmar ont également compris et approuvé la proposition du Bangladesh de maintenir la présence de la communauté internationale dans l’État de Rakhine au Myanmar lors du rapatriement, a ajouté le responsable, qui a dirigé la partie bangladaise lors de la réunion trilatérale virtuelle avec le Myanmar et la Chine le les Rohingyas.

La Chine fournira des vaccins gratuits contre le COVID-19 aux Rohingyas lors de la première phase de rapatriement. Quelques jours avant la réunion, le ministre bangladais des Affaires étrangères, AK Abdul Momen, a déclaré que « le rapatriement est la seule solution pour mettre fin à la crise des Rohingyas, et il n’y aura pas d’alternative ».

Le Bangladesh a également proposé un rapatriement des Rohingyas dans leur village dans leur pays d’origine, tandis que le Myanmar souhaitait un rassemblement sporadique de réfugiés qui se réfugient actuellement à Cox’s Bazar au Bangladesh à la suite d’une répression militaire au Myanmar en 2017 et d’un rapatriement. Le vice-ministre chinois Luo Zhaohui s’est pratiquement joint à la première réunion au niveau des secrétaires entre le Bangladesh et le Myanmar sous la médiation de la Chine.

Une proposition a également été déposée lors de la réunion pour envoyer un groupe de Rohingyas se rendre directement à Rakhine afin de créer un environnement pour ceux qui reviennent.

Préparation du rapatriement du Myanmar

Le Vice-Ministre de la coopération internationale du Myanmar, U Hau Do Suan, a participé à la réunion tripartite organisée par vidéoconférence.

Le ministère des Affaires étrangères, dans un communiqué publié plus tard, a déclaré: « Le Myanmar a pris toutes les dispositions nécessaires pour le rapatriement et a réaffirmé que le Myanmar était prêt à recevoir les personnes déplacées vérifiées conformément aux accords bilatéraux. »

Cependant, la déclaration ne mentionnait pas de date précise pour le rapatriement. « Le projet pilote est en cours pour le rapatriement des personnes déplacées. Le Myanmar est prêt à entamer le processus avec des personnes déplacées vérifiées qui seront rapatriées dans le cadre du projet pilote », a ajouté le communiqué, citant le vice-ministre. Il a également souligné la nécessité pour les rapatriés potentiels de remplir et de signer les formulaires convenus contenant deux points pour garantir leur volonté de retour et leur obligation de respecter les lois existantes du Myanmar.

Le vice-ministre a exhorté le Bangladesh à s’attaquer au problème des éléments terroristes intimidant et menaçant les personnes déplacées de ne pas retourner au Myanmar. Le Bangladesh, cependant, a déclaré qu’il n’autorisait et n’autoriserait aucun insurgé dans le pays et qu’il est conscient du problème. Les deux dernières tentatives de reprise des Rohingyas dans le cadre d’un accord bilatéral entre le Bangladesh et le Myanmar signé en 2017 n’ont abouti à aucun résultat, malgré les assurances répétées du Myanmar de commencer le rapatriement.

La dernière réunion tripartite s’est tenue le 20 janvier de l’année dernière à New York, et depuis lors, le Myanmar aurait reporté les pourparlers bilatéraux malgré les tentatives répétées du Bangladesh.

Les gens persécutés

Selon Amnesty International, plus de 750 000 réfugiés rohingyas, pour la plupart des femmes et des enfants, ont fui le Myanmar et sont entrés au Bangladesh après que les forces birmanes ont lancé une répression contre la communauté musulmane minoritaire en août 2017. Depuis le 25 août 2017, près de 24 000 musulmans rohingyas ont été tué par les forces de l’État du Myanmar, selon un rapport de l’Agence ontarienne de développement international (OIDA).

Plus de 34 000 Rohingyas ont été jetés dans des incendies, plus de 114 000 autres ont été battus et jusqu’à 18 000 femmes et filles rohingyas ont été violées par l’armée et la police du Myanmar, selon le rapport de l’OIDA intitulé «Migration forcée des Rohingya: l’expérience inédite». Plus de 115 000 maisons rohingyas ont été incendiées et 113 000 autres vandalisées, ajoute le rapport.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus