Le Rwanda impose à nouveau un confinement total sur sa capitale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La capitale du Rwanda, Kigali, est à nouveau confinée depuis mardi en raison d’une augmentation des infections au coronavirus dans ce pays qui a été l’un des plus stricts du continent face à l’épidémie.

Le gouvernement du président Paul Kagame a annoncé lundi soir interdire tous les « mouvements inutiles » dans et en dehors de la capitale pour une durée de 15 jours.

Ce pays de 12 millions d’habitants a enregistré environ 11.500 cas de Covid-19 et près de 150 morts depuis le début de l’épidémie.

La récente progression des cas a principalement touché Kigali, qui totalise 61% des infections depuis début janvier, d’après les statistiques du ministère de la Santé.

Selon un communiqué du gouvernement, tous les mouvements nécessitent désormais une autorisation de la police; les commerces non-essentiels, églises, écoles et universités sont fermés; et le couvre-feu est maintenu dans tous le reste du pays à partir de 18H00.

Mardi, la capitale était presque déserte, orpheline de ses moto-taxis habituellement omniprésents, et seuls quelques vendeurs ambulants de nourriture y étaient visibles.

Le Rwanda a été l’un des premiers pays africains à imposer un confinement total en mars 2020 et a maintenu un couvre-feu nocturne, dont les horaires ont évolué en fonction de l’évolution de l’épidémie, ainsi que des restrictions d’ampleur variable sur les transports.

Les mesures ont ces derniers mois particulièrement touché les plus pauvres.

« Que les Rwandais ne s’inquiètent pas d’avoir de quoi manger pendant les deux semaines à venir en raison de ce confinement. Les institutions sont là pour (les) aider », a déclaré Shyaka Anastase, un ministre du gouvernement local.

« Ce que nous demandons aux Rwandais c’est de craindre le Covid-19 plus qu’ils ne craignent la faim. Le Covid n’a peur de personne, ce n’est pas une maladie de gens riches, nous devons tous être sur le qui-vive. »

Les groupes de défense des droits ont accusé la police et l’armée d’utiliser la pandémie, ainsi que les mesures mises en place pour lutter contre elle, comme couverture pour perpétrer des abus et cibler des critiques du régime.

Le ministre de la Santé Daniel Ngamije a déclaré qu’un des défis était de parvenir à ce que les gens symptomatiques soient testés.

« Ils +s’automédicamentent+ avec des choses comme du gingembre, et viennent nous voir quand les symptômes sont sévères. Mais dans ce laps de temps, ils ont infecté des gens », a-t-il déclaré à la télévision.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus