L’ONU exprime son inquiétude face aux crimes «  inquiétants  » dans le Tigré éthiopien

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les Nations Unies ont reçu des informations «inquiétantes» faisant état de violences sexuelles dans la région assiégée du Tigré en Éthiopie, notamment d’individus contraints de violer des membres de leur propre famille.

« Il existe également des informations inquiétantes faisant état d’individus qui auraient été contraints de violer des membres de leur propre famille, sous des menaces de violences imminentes », a déclaré Pramila Patten dans un communiqué publié jeudi soir. « Certaines femmes auraient également été forcées par des éléments militaires à avoir des relations sexuelles en échange de produits de base, tandis que les centres médicaux ont indiqué une augmentation de la demande de contraception d’urgence et de dépistage des infections sexuellement transmissibles. »

Patten s’est joint aux appels croissants pour un accès immédiat et inconditionnel à la région du Tigray, où des combats ont éclaté début novembre entre les forces éthiopiennes et celles des dirigeants tigré désormais en fuite qui ont autrefois dominé le gouvernement du pays.

Un porte-parole du bureau de Patten n’a pas dit quels « éléments militaires » étaient impliqués. Les combattants du Tigray comprennent ceux de la région voisine d’Amhara et d’autres régions de l’Éthiopie ainsi que des soldats de l’Érythrée voisine.

Les nouveaux arrivants dans les camps de réfugiés et de personnes déplacées à l’intérieur du pays signalent des violences sexuelles, et « il y a de plus en plus de rapports de violence sexuelle contre les femmes et les filles » à l’intérieur des camps, selon le communiqué de Patten. Le gouvernement éthiopien affirme que l’aide a commencé à affluer dans la région du Tigré, mais les travailleurs humanitaires ont déclaré à l’Associated Press (AP) que l’accès reste limité. De plus, l’aide est parfois accompagnée par les forces éthiopiennes.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a ordonné des troupes dans le Tigré le 4 novembre à la suite d’attaques présumées des forces du Front de libération du peuple tigré (TPLF) contre des camps militaires fédéraux dans la région du nord. Abiy, le lauréat du prix Nobel de la paix de l’année dernière, a déclaré sa victoire au Tigray le 28 novembre, mais a déclaré lundi que des efforts étaient en cours pour rétablir l’ordre, dans un contexte de combats incessants et d’anarchie qui entrave les efforts de secours.

Des milliers de personnes sont mortes dans le conflit, selon l’International Crisis Group (ICG), bien qu’une panne de courant dans les communications et les restrictions d’accès aux médias et à l’aide humanitaire aient rendu difficile l’évaluation de la situation sur le terrain.

Dans sa déclaration de jeudi, Patten a appelé à un accès humanitaire total à Tigray, y compris aux camps de personnes déplacées «et aux camps de réfugiés où de nouveaux arrivants auraient signalé des cas de violence sexuelle».

Elle s’est dite préoccupée par le fait que << plus de 5 000 réfugiés érythréens vivant dans et autour de la région de Shire vivent dans des conditions désastreuses, nombre d'entre eux dormant dans un champ ouvert sans eau ni nourriture, ainsi que les plus de 59 000 Éthiopiens qui ont fui le pays. au Soudan voisin », selon des propos diffusés par l'Agence France-Presse (AFP).

L’administration intérimaire de Tigray n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Plus tôt ce mois-ci, la télévision d’État a diffusé des images d’une réunion au cours de laquelle un homme non identifié en uniforme militaire s’est dit préoccupé par les viols à Mekele.

« Pourquoi les femmes sont-elles violées dans la ville de Mekele? » l’homme a dit.

« Ce ne serait pas choquant si cela s’était produit pendant la guerre, car ce n’est pas gérable, donc on pouvait s’y attendre. Mais en ce moment, alors que la police fédérale et la police locale sont de retour en ville, cela se produit toujours. »

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus