La police russe en arrête 3000 alors que des milliers de personnes se rassemblent pour la libération de Navalny

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de toute la Russie samedi pour soutenir le politicien de l’opposition Alexei Navalny, qui a été arrêté par les autorités du pays le 17 janvier à l’aéroport de Sheremetyevo et emprisonné pendant 30 jours alors qu’il rentrait chez lui après avoir passé cinq mois en Allemagne, où il a reçu un traitement médical d’urgence suite à son empoisonnement avec l’agent neurotoxique Novichok.

Les manifestations dans de nombreuses villes à des températures aussi basses que moins 50 degrés Celsius (moins 58 degrés Fahrenheit) ont mis en évidence comment Navalny a construit une influence bien au-delà des centres politiques et culturels de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Ignorant le froid extrême et les avertissements de la police, environ 40000 manifestants se sont rassemblés sur et autour de la place Pouchkine à Moscou, où des affrontements avec la police ont éclaté et des manifestants ont été grossièrement traînés par des agents anti-émeute casqués vers des bus de police et des camions de détention. Certains ont été battus à coups de matraque. Selon l’Associated Press (AP), la police a arrêté plus de 3 000 personnes et a utilisé la force pour disperser des rassemblements à travers la Russie. L’épouse de Navalny, Yulia Navalnaya, faisait partie des personnes arrêtées à Moscou.

La police a finalement poussé les manifestants hors de la place. Des milliers de personnes se sont alors regroupées le long d’un large boulevard à environ un kilomètre (un demi-mile), beaucoup d’entre eux lançant des boules de neige sur la police avant de se disperser. Certains sont ensuite allés manifester près de la prison où Navalny est détenu. La police y a procédé à un nombre indéterminé d’arrestations. Les manifestations se sont étendues sur le vaste territoire de la Russie, de la ville insulaire de Yuzhno-Sakhalinsk au nord du Japon et de la ville de Yakoutsk en Sibérie orientale, où les températures ont plongé à moins 50 degrés Celsius, jusqu’aux villes européennes les plus peuplées de Russie.

Le symbole principal des manifestations est devenu une brosse de toilette issue de l’enquête de la Fondation anti-corruption de Navalny (FBK) sur une somptueuse propriété de la mer Noire qui, selon lui, appartenait au président russe Vladimir Poutine et les boules de neige que les manifestants ont lancées à la police.

La Russie accuse Navalny d’avoir violé les conditions d’une condamnation avec sursis et d’une probation, mais les critiques disent que la raison principale de sa détention est complètement différente de la déclaration officielle. Les autorités affirment que son séjour en Allemagne a violé les conditions d’une condamnation avec sursis dans une condamnation pénale de 2014, tandis que Navalny a déclaré que la condamnation était pour des accusations inventées. Le militant de 44 ans est bien connu à l’échelle nationale pour ses rapports sur la corruption qui a prospéré sous le gouvernement de Poutine.

L’enquête du FBK, publiée sur le blog de l’opposition avec une vidéo YouTube de deux heures enregistrée avant son retour en Russie, affirme que la propriété a coûté 1,35 milliard de dollars et qu’elle a été payée «avec le plus gros pot-de-vin de l’histoire». Le rapport allègue que la propriété, située le long de la côte sud de la Russie de la mer Noire, mesure 39 fois la taille de Monaco et comprend un casino dans un manoir de 17 691 mètres carrés, une patinoire et des vignobles.

L’enquête affirme que le Service fédéral de sécurité (FSB) de la Russie possède quelque 7000 hectares (environ 17300 acres) de terres entourant la propriété et que le complexe a été financé par les alliés proches de Poutine, dont Igor Sechin, chef du géant pétrolier russe Rosneft, et magnat milliardaire. Gennady Timchenko, comme l’a rapporté l’Agence France-Presse (AFP).

L’existence de la propriété de la mer Noire et ses liens avec Poutine ont été connus pour la première fois en 2010 lorsque l’homme d’affaires dénonciateur Sergei Kolesnikov les a décrits dans une lettre publique à Medvedev. Mardi, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a écarté les affirmations dans des commentaires adressés à l’agence de presse officielle RIA Novosti, les qualifiant de « fausses ». La vidéo accompagnant l’enquête de Navalny avait recueilli 75 millions de vues dans les cinq premiers jours suivant sa publication mardi.

Le groupe OVD-Info, qui surveille les arrestations politiques, a déclaré qu’au moins 1 167 personnes ont été détenues à Moscou et plus de 460 lors d’une autre grande manifestation à Saint-Pétersbourg. Dans l’ensemble, il a déclaré que 3068 personnes avaient été arrêtées dans quelque 90 villes, révisant le décompte de son rapport précédent de 3445. Sans se décourager, les partisans de Navalny ont appelé à nouveau à manifester le week-end prochain.

Son large soutien place le Kremlin dans une situation stratégique. Les autorités ne sont apparemment pas disposées à reculer en le laissant libre, mais le garder en détention risque davantage de protestations et de critiques de la part de l’Occident. Dans un communiqué, le département d’État américain a condamné « l’utilisation de tactiques dures contre les manifestants et les journalistes ce week-end dans les villes de toute la Russie » et a appelé les autorités russes à libérer immédiatement Navalny et toutes les personnes détenues lors des manifestations. À Berlin, Hambourg et Munich, presque 1 000 personnes ont manifesté contre l’arrestation de Navalny, de petites manifestations ont également eu lieu en Bulgarie et environ 200 à 300 personnes ont manifesté à Paris.

Navalny fait face à une audience au tribunal début février pour déterminer si sa peine dans l’affaire pénale pour fraude et blanchiment d’argent – qui, selon Navalny, était politiquement motivée – sera convertie à 3 ans et demi derrière les barreaux.

La police de Moscou a arrêté jeudi trois hauts associés de Navalny, dont deux ont ensuite été emprisonnés pour des périodes de neuf et 10 jours. Navalny est tombé dans le coma alors qu’il était à bord d’un vol intérieur de Sibérie à Moscou le 20 août. Il a été transféré d’un hôpital de Sibérie à un hôpital de Berlin deux jours plus tard. Des laboratoires en Allemagne, en France et en Suède, et des tests de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), ont établi qu’il avait été exposé à l’agent neurotoxique Novichok de l’époque soviétique.

Les autorités russes ont insisté sur le fait que les médecins qui ont traité Navalny en Sibérie avant son transport aérien en Allemagne n’ont trouvé aucune trace de poison et ont mis au défi les autorités allemandes de fournir la preuve de son empoisonnement. La Russie a refusé d’ouvrir une enquête criminelle à part entière, invoquant un manque de preuves que Navalny avait été empoisonné. Le mois dernier, Navalny a publié l’enregistrement d’un appel téléphonique qu’il a dit avoir passé à un homme qu’il a décrit comme un membre présumé d’un groupe d’officiers du FSB, qui l’aurait empoisonné en août, puis tenté de le dissimuler.

Le FSB a qualifié l’enregistrement de faux. Navalny est une épine aux côtés du Kremlin depuis une décennie, inhabituellement durable dans un mouvement d’opposition souvent démoralisé par les répressions. Il a été emprisonné à plusieurs reprises dans le cadre de manifestations et a été condamné à deux reprises pour des méfaits financiers dans des affaires qui, selon lui, étaient politiquement motivées. Il a subi des lésions oculaires importantes lorsqu’un agresseur lui a jeté un désinfectant au visage. Il a été emmené de prison à l’hôpital en 2019 avec une maladie qui, selon les autorités, était une réaction allergique mais que beaucoup soupçonnaient d’être un empoisonnement.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus