Le ministre sri-lankais contracte le COVID-19 après une sorcellerie anti-virus

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La ministre de la Santé du Sri Lanka a été testée positive au COVID-19 après avoir promu des potions magiques fabriquées par un sorcier pour combattre la maladie.

Un responsable du ministère de la Santé a confirmé samedi que Pavithra Wanniarachchi était devenue la plus haute responsable à être infectée par le virus. Elle et ses contacts immédiats ont été invités à se mettre en quarantaine.

Les médecins ont déclaré qu’il n’y avait aucune base scientifique pour le sirop comme remède contre le coronavirus. On dit qu’il contient du miel et de la muscade.

Des milliers de personnes se sont rassemblées en longues files d’attente en décembre dans la ville de Kegalle, au nord-est de la capitale Colombo, pour obtenir le sirop, quelques jours à peine après que Wanniarachchi et plusieurs autres responsables gouvernementaux l’aient consommé publiquement.

Le fabricant du sirop a dit qu’il avait obtenu la formule grâce à ses pouvoirs divins. Dans les médias locaux, il a affirmé que la déesse hindoue Kaali lui était apparue dans un rêve et a donné la recette pour sauver l’humanité du coronavirus.

Les Sri Lankais ont l’habitude de prendre à la fois des médicaments ordinaires et des médicaments alternatifs indigènes pour soigner leurs maux.

Dans le même temps, samedi, le président Gotabaya Rajapaksa a annoncé que le Sri Lanka recevrait le 27 janvier le premier stock de vaccin Oxford-AstraZeneca de l’Inde.

Il a déclaré que l’Inde offrait ce stock gratuitement et que son gouvernement prend des dispositions pour acheter davantage de vaccins en Inde, en Chine et en Russie.

Vendredi, le Sri Lanka a approuvé le vaccin Oxford-AstraZeneca au milieu des avertissements des médecins selon lesquels les agents de santé de première ligne devraient être rapidement vaccinés pour empêcher le système médical de s’effondrer. Le vaccin a été le premier à être approuvé pour une utilisation d’urgence au Sri Lanka.

Le ministère de la Santé a déclaré que l’inoculation commencera à la mi-février.

Le Sri Lanka a été témoin d’une nouvelle épidémie de la maladie en octobre lorsque deux groupes – l’un centré sur une usine de confection et l’autre sur le principal marché aux poissons – ont émergé à Colombo et sa banlieue.

Le Sri Lanka a signalé 52 964 cas et 278 décès.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus