Des experts de l’ONU demandent au Sri Lanka de mettre fin à la crémation forcée anti-islam

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un groupe d’experts des droits de l’homme de l’ONU a exhorté lundi le gouvernement sri-lankais à mettre fin à sa politique d’incinération forcée des musulmans décédés du coronavirus, affirmant que cela allait à l’encontre des croyances islamiques et d’autres minorités.

Dans une déclaration, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction Ahmed Shaheed; Fernand de Varennes, rapporteur spécial sur les questions relatives aux minorités; et Clement Nyaletsossi Voule, rapporteur spécial sur les droits de réunion pacifique, a déclaré que cette pratique pourrait fomenter les préjugés, l’intolérance et la violence existants.

« L’imposition de la crémation comme seule option pour traiter les corps confirmés ou soupçonnés de COVID-19 équivaut à une violation des droits de l’homme », ont déclaré les experts.

«Il n’y a eu aucune preuve médicale ou scientifique établie au Sri Lanka ou dans d’autres pays que l’enterrement de cadavres entraîne un risque accru de propagation de maladies transmissibles telles que le COVID-19», ont-ils noté.

Au 21 janvier, 274 décès liés au COVID-19 ont été signalés au Sri Lanka, dont de nombreux décès appartenant à des minorités musulmanes.

Tous les corps ont été incinérés conformément au quatrième amendement des lignes directrices provisoires de pratique clinique sur les patients suspects et confirmés COVID-19 publiée le 31 mars 2020.

« La décision de rendre la crémation obligatoire a suivi les conseils d’experts présumés, y compris par l’épidémiologiste en chef qui a affirmé que les enterrements pouvaient contaminer l’eau potable souterraine », indique le communiqué.

Cependant, les experts ont déclaré que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a réitéré qu’il n’y avait aucune preuve suggérant que l’enterrement empêche la propagation de la maladie.

En outre, le Collège des médecins communautaires du Sri Lanka et l’Association médicale du Sri Lanka ont récemment publié des déclarations précisant qu’il n’y avait aucune preuve que l’enterrement des cadavres du COVID-19 constitue un danger pour la santé publique.

«Alors que nous devons être attentifs aux graves problèmes de santé publique posés par la pandémie, les mesures du COVID-19 doivent respecter et protéger la dignité des morts, leurs traditions ou croyances culturelles et religieuses, et leurs familles partout», ont déclaré les experts.

Ils ont déploré la mise en œuvre de décisions de santé publique « fondées sur la discrimination, le nationalisme agressif et l’ethnocentrisme équivalant à la persécution des musulmans et d’autres minorités dans le pays ».

« Une telle hostilité contre les minorités exacerbe les préjugés existants, les tensions intercommunautaires et l’intolérance religieuse, semant la peur et la méfiance tout en incitant à la haine et à la violence », ont déclaré les experts.

« Nous sommes également préoccupés par le fait qu’une telle politique dissuade les pauvres et les plus vulnérables d’accéder aux soins de santé publics par crainte de discrimination », ont-ils ajouté.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus