la pandémie pourrait coûter jusqu’à 8,5 mds EUR aux clubs européens, selon Agnelli

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La crise sanitaire pourrait amputer de 6,5 à 8,5 milliards d’euros les revenus des clubs de football européens, a averti mercredi Andrea Agnelli, le président de la Juventus Turin et du syndicat européen des clubs (ECA).

Dévoilée lors du séminaire en ligne « e-think Sport », cette fourchette représente une nette réévaluation par rapport à l’étude réalisée à l’été 2020 par l’ECA, qui tablait sur 4 milliards d’euros de manque à gagner cumulé sur deux saisons.

Si la saison 2019-2020 n’a connu « que trois ou quatre mois de crise », avec des pertes en billetterie, en recettes commerciales comme en droits TV, « il semble que 2020-2021 va être une saison entière sans supporteurs dans les stades », a expliqué M. Agnelli.

Dans ces conditions, « quand je regarde les meilleures informations dont nous disposons, le scénario de base pour l’industrie dans la région porte sur 6,5 à 8,5 milliards d’euros pour les deux années combinées », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, côté trésorerie, « environ 360 clubs ont besoin d’injections de cash, que ce soit sous forme d’endettement ou de capitalisation, pour un total de 6 milliards d’euros sur deux ans », a poursuivi le patron de la Juve.

Alors que la précédente étude de l’ECA ne prenait pas en compte l’impact comptable du ralentissement du marché des transferts, Andrea Agnelli a évoqué une baisse de 2,6 milliards d’euros de recettes en un an, soit un plongeon de 40%.

« Toute l’industrie traverse une période très compliquée, qui demande une réflexion sérieuse sur la manière dont nous voulons aborder l’avenir », a déclaré le dirigeant, défenseur des intérêts des grands clubs.

Il est resté évasif sur les négociations en cours des futures compétitions continentales après-2024, s’abstenant notamment de commenter les projets de « Superligue » réservée aux cadors européens et combattue par les instances du foot.

Mais il a jugé « très intéressante » l’idée d’une refonte de la phase de poules de Ligue des champions inspirée du système suisse, avec un groupe unique de 32 ou 36 équipes disputant chacune 10 matches contre 10 adversaires différents.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus