Le journaliste arrêté pour un tweet va sortir de prison

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le journaliste et lanceur d’alerte zimbabwéen Hopewell Chin’ono, arrêté en janvier pour la troisième fois en six mois pour un nouveau tweet contre les autorités, a été libéré mercredi par un tribunal.

Placé une nouvelle fois dans une prison à haute sécurité le 8 janvier, Chin’ono avait accusé sur Twitter la police d’avoir battu un bébé à mort.

La police zimbabwéenne avait déclaré que le bébé en question n’était pas mort.

Le journaliste, lauréat de plusieurs prix, avait été inculpé de publication de fausses informations. Il s’était défendu en dénonçant l’utilisation d’une loi « inconstitutionnelle », selon lui utilisée pour l’inculper.

Libéré sous caution, Hopewell Chin’ono va devoir remettre son passeport et les titres de propriété de sa maison à Harare. Assigné à résidence, il doit se présenter au commissariat deux fois par semaine.

Le tribunal lui interdit aussi d’utiliser son compte Twitter pour « inciter à manifester », tant qu’il n’a pas été jugé.

Il avait été arrêté une première fois en juillet après avoir appelé à une manifestation contre la corruption au sein du gouvernement.

La tolérance du président Emmerson Mnangagwa à l’égard des dissidents n’a cessé de rétrécir depuis qu’il est arrivé au pouvoir en 2017, après l’éviction de l’autocrate Robert Mugabe.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus