Les manifestations au Myanmar se poursuivent après que l’appel à la grève générale ferme des magasins

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les manifestants contre la prise du pouvoir par l’armée au Myanmar étaient de retour dans les rues de la plus grande ville du pays mardi, un jour après qu’un appel à la grève générale a fermé les magasins et en a fait un grand nombre pour manifester.

Les chiffres étaient en baisse par rapport aux foules massives de lundi, mais environ 1000 personnes à Yangon s’étaient rassemblées en milieu de matinée au centre Hledan de la ville, un point de rencontre majeur pour les manifestants, avec d’autres groupes se rassemblant dans d’autres lieux. À Mandalay, la deuxième plus grande ville du pays, des funérailles ont eu lieu pour Thet Naing Win, 37 ans, l’un des deux manifestants abattus par les forces de sécurité samedi. Lui et un adolescent ont été tués lorsque la police et les soldats ont ouvert le feu sur une foule qui s’était rassemblée pour soutenir les dockers que les autorités tentaient de forcer à travailler.

Ils ont été en grève, tout comme de nombreux fonctionnaires et employés des entreprises d’État, dans le cadre d’un mouvement national d’obéissance civile contre la prise de contrôle militaire du 1er février. L’armée dit qu’elle a pris le pouvoir parce que les élections de novembre dernier ont été marquées par des irrégularités de vote généralisées, une affirmation réfutée par la commission électorale d’État, dont les membres ont depuis été remplacés par la junte au pouvoir.

Le parti de la Ligue nationale pour la démocratie d’Aung San Suu Kyi a remporté une victoire écrasante aux urnes, ce qui aurait installé son gouvernement pour un deuxième mandat de cinq ans au pouvoir. Cependant, l’armée a empêché le Parlement de se réunir et a détenu Suu Kyi et le président Win Myint et d’autres membres éminents de son gouvernement.

La junte a déclaré qu’elle régnerait pendant un an sous l’état d’urgence et qu’elle organiserait ensuite de nouvelles élections. Il y a eu une vague d’activités diplomatiques à l’étranger lundi, alors que l’inquiétude internationale concernant la situation restait élevée.

Les États-Unis et plusieurs gouvernements occidentaux ont appelé la junte à s’abstenir de toute violence, à libérer les détenus et à rétablir le gouvernement de Suu Kyi. Lundi, les États-Unis ont déclaré qu’ils imposaient des sanctions contre davantage de membres de la junte en raison des assassinats de manifestants pacifiques par les forces de sécurité.

Le lieutenant général Moe Myint Tun et le général Maung Maung Kyaw s’ajoutent aux autres chefs militaires et entités confrontés aux sanctions américaines, et la Grande-Bretagne et le Canada ont pris des mesures similaires depuis le coup d’État. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré dans un communiqué que les États-Unis condamnent les attaques contre les manifestants et ont promis de prendre de nouvelles mesures si davantage de violence se produit.

« Nous appelons l’armée et la police à cesser toutes les attaques contre des manifestants pacifiques, à libérer immédiatement tous ceux qui sont injustement détenus, à mettre fin aux attaques et à l’intimidation des journalistes et des militants et à rétablir le gouvernement démocratiquement élu », a déclaré Blinken.

Les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont ordonné l’élaboration d’une série de mesures visant les responsables du coup d’État. Ils ont déclaré que l’UE était prête « à adopter des mesures restrictives visant les personnes directement responsables » du coup d’État.

Ils prévoient de garder toutes les autres options «à l’étude».

Ces sanctions impliquent généralement un gel des avoirs des personnes et une interdiction de se rendre en Europe. Les ministres demandent la fin de l’état d’urgence et la libération de tous les prisonniers politiques.

Les ministres affirment que les sanctions imposées par l’UE ne viseront pas les gens ordinaires. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a réitéré son « plein soutien au peuple du Myanmar » le jour de l’ouverture d’une nouvelle session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

« Les coups d’État n’ont pas leur place dans notre monde moderne », a déclaré Guterres dans une vidéo préenregistrée pour la 46e session ordinaire du conseil. Lors d’une session extraordinaire du 12 février, le conseil a adopté une résolution exprimant sa profonde préoccupation face à la décision de la junte. L’accès à Internet au Myanmar a été bloqué tous les soirs de 1 h à 9 h. Des publications sur les réseaux sociaux mardi matin ont fait état de nouvelles descentes nocturnes de la police à Yangon pour tenter d’arrêter des personnes liées au mouvement de protestation.

Lundi, l’Association indépendante d’assistance aux prisonniers politiques a rapporté que 684 personnes avaient été arrêtées en lien avec des activités depuis le coup d’État, dont 637 étaient toujours en détention.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus