un an après la mort du joggeur noir, sa mère réclame réparation

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La mère d’Ahmaud Arbery, un jeune joggeur noir abattu dans le Sud des Etats-Unis, a déposé plainte mardi au civil, un an jour pour jour après la mort de son fils dont la mémoire a été saluée par Joe Biden.

« Un homme noir devrait pouvoir faire un jogging sans craindre pour sa vie », a tweeté le président démocrate en ce jour anniversaire, marqué par plusieurs commémorations. « Aujourd’hui, nous célébrons la vie d’Ahmaud Arbery et nous nous engageons à rendre ce pays plus sûr pour les gens de couleur », a-t-il ajouté.

De son côté, Wanda Cooper a saisi la justice pour obtenir un million de dollars de dédommagement. Sa plainte vise les trois hommes blancs inculpés pour le meurtre de son fils, mais aussi des policiers et procureurs locaux qu’elle accuse d’avoir cherché à étouffer une affaire devenue emblématique du mouvement « Black Lives Matter » (les vies noires comptent).

Ahmaud Arbery, 25 ans, a été abattu le 23 février 2020 alors qu’il courait dans un quartier résidentiel de Brunswick, dans l’Etat de Géorgie, au long passé ségrégationniste.

Pendant plus de deux mois, la police n’a procédé à aucune interpellation et il a fallu la diffusion d’une vidéo du drame, relayée massivement sur les réseaux sociaux début mai, pour que l’enquête lui soit retirée et démarre véritablement.

Peu après, les autorités ont arrêté Gregory McMichael, un ancien enquêteur attaché aux services du procureur local, et son fils Travis, visibles sur la vidéo. L’auteur de l’enregistrement, William Bryan, a été interpellé deux semaines plus tard.

Ils ont depuis été inculpés pour « meurtre » et « fausse arrestation » et restent détenus dans l’attente de leur procès.

Le jour du drame, les trois hommes « ont pourchassé Ahmaud avec leur pick-up. Animés par +le sentiment viscéral+ qu’il était responsable d’une série de cambriolages dans le quartier, ils lui ont tiré dessus à bout portant à trois reprises », selon la plainte de sa mère.

« Pendant près de trois mois, les policiers du comté de Glynn, leur chef et deux procureurs se sont entendus pour dissimuler les circonstances de la mort d’Ahmaud et protéger ses meurtriers », ajoute-t-elle.

Le nom d’Ahmaud Arbery a résonné dans tous les Etats-Unis dans le cadre des manifestations géantes contre les violences faites aux Afro-Américains, en même temps que ceux de George Floyd, asphyxié par un policier blanc à Minneapolis, et Breonna Taylor, abattue chez elle à Louisville par des agents qui s’étaient apparemment trompés d’appartement.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus