Le Congo, l’Italie et l’ONU enquêtent sur le meurtre de l’ambassadeur

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une unité des carabiniers italiens est attendue au Congo mardi pour enquêter sur les meurtres de l’ambassadeur italien au Congo, d’un officier des carabiniers et de leur chauffeur dans l’est troublé du pays.

Les autorités congolaises et les membres de la Mission des Nations Unies au Congo sont également attendus à Goma, dans l’est du Congo, pour enquêter sur les meurtres.

Luca Attanasio, l’ambassadeur au Congo depuis 2017, l’officier des carabiniers Vittorio Iacovacci et leur chauffeur Moustapha Milambo ont été tués lundi dans une embuscade alors que leur convoi du Programme alimentaire mondial voyageait depuis Goma, la capitale régionale de l’est du Congo, pour visiter un projet d’école du PAM à Rutshuru, a déclaré l’agence des Nations Unies.

Le ministère de l’Intérieur du Congo a déclaré que quatre autres membres du convoi avaient été enlevés, mais l’un d’entre eux a depuis été retrouvé par l’armée congolaise.

Les corps de l’ambassadeur et de l’officier sont en train de rentrer en Italie dans un avion affrété par le gouvernement italien, selon le gouverneur du Nord-Kivu Carly Nzanzu Kasivita.

« Des enquêtes sont en cours pour retrouver les auteurs de ce crime ignoble », a déclaré le gouverneur.

Le gouvernement congolais a imputé les meurtres aux Forces démocratiques pour la libération du Rwanda, le groupe rebelle hutu rwandais connu sous le nom de FDLR.

Le groupe rebelle, cependant, a nié mardi la responsabilité de l’attaque.

« Les FDLR déclarent qu’il n’y a rien pour les impliquer dans l’attaque qui a entraîné la mort de l’ambassadeur italien et demandent aux autorités congolaises et à la MONUSCO de tout mettre en œuvre pour faire la lumière sur les responsables de cet assassinat ignoble », porte-parole rebelle Cure Ngoma a déclaré dans un communiqué.

Le groupe rebelle a noté que l’attaque avait eu lieu dans la zone des «trois antennes» près de Goma et de la frontière du Rwanda et à proximité des positions militaires congolaises et rwandaises. Il a imputé les meurtres à ces forces.

L’Est du Congo abrite une myriade de groupes rebelles qui se disputent tous le contrôle de certaines parties de la nation centrafricaine riche en minéraux et faiblement gouvernée, de la taille de l’Europe occidentale.

Plus de 120 groupes armés sont actifs dans l’est du Congo qui est en situation d’insécurité depuis plus de 25 ans, selon Kivu Security Tracker, un projet conjoint entre Human Rights Watch et le Congo Research Institute pour surveiller la violence armée dans l’est du Congo.

Dans la zone spécifique de l’attaque, plusieurs groupes armés sont actifs, dont les FDLR, la milice Nyatura et les restes des anciens rebelles du M23.

Il est inhabituel qu’un diplomate de haut niveau soit visé dans l’est du Congo, mais les attaques se multiplient, a déclaré Pierre Boisselet, coordinateur du Kivu Security Tracker.

« Les attaques contre des humanitaires et les enlèvements de travailleurs humanitaires se sont multipliés. L’année dernière, nous avons enregistré 12 de ces incidents au Nord et au Sud Kivu, mais un seul s’est soldé par un décès », a-t-il déclaré.

«Habituellement, la violence des groupes armés vise les civils», ou les civils sont blessés au milieu des affrontements entre les groupes armés et l’armée.

L’attaque, à environ 25 kilomètres (15 miles) au nord de Goma, était juste à côté du parc national des Virunga.

Les véhicules de l’ONU ont été détournés par les assaillants et emmenés dans la brousse. L’armée congolaise et les gardes du parc du parc national des Virunga ont répondu à l’attaque et il y a eu un échange de tirs, selon le gouverneur du Nord-Kivu Carly Nzanzu Kasivita.

Attanasio a reçu une balle dans l’abdomen et a ensuite été transporté à l’hôpital de la Mission des Nations Unies au Congo où il est mort des suites de ses blessures, selon le ministère de l’Intérieur du Congo. Le chauffeur et le policier sont décédés sur les lieux.

Le PAM a déclaré que l’attaque avait eu lieu sur une route qui avait été préalablement autorisée à voyager sans escorte de sécurité, et il cherchait plus d’informations aux responsables locaux sur l’attaque.

Le ministère de l’Intérieur du Congo a déclaré que les autorités provinciales du Nord-Kivu n’étaient pas au courant de la présence de l’ambassadeur italien et ne lui avaient donc pas fourni de mesures de sécurité. Le chef du maintien de la paix de l’ONU, Jean-Pierre Lacroix, a déclaré que la détermination de la sécurité des routes est normalement effectuée par les responsables de la sécurité de l’ONU dans le pays.

Il a déclaré qu’il n’avait aucun détail sur « le déroulement exact de l’incident » et que « l’enquête apportera, espérons-le, des éclaircissements à ce sujet ».

Le ministère italien des Affaires étrangères a déclaré mardi qu’il n’épargnerait aucun effort pour savoir exactement ce qui s’était passé lors de l’attaque tragique.

À Rome, le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio a déclaré qu’il informerait bientôt le Parlement de l’attaque et a mis en garde contre les reconstructions prématurées de ce qui s’est passé. Les procureurs de Rome ont ouvert une enquête, qui est menée chaque fois qu’un citoyen italien est tué à l’étranger.

Les législateurs ont observé un moment de silence dans la chambre basse des députés et des drapeaux ont flotté sur la moitié du personnel sur les bâtiments gouvernementaux alors que les hommages affluaient pour les deux hommes. Dans une nécrologie à la une du Corriere della Sera, la secrétaire générale du ministère des Affaires étrangères, Elisabetta Belloni, a déclaré qu’Attanasio croyait fermement que grâce à la diplomatie multilatérale, il pourrait contribuer à rendre le monde meilleur.

L’attaque s’est produite dans la même zone où deux Britanniques ont été enlevés par des hommes armés non identifiés en 2018, bien qu’ils aient été libérés quelques jours plus tard.

L’est du Congo reste l’une des régions les plus précaires du pays expansif. Plus de 2 000 civils ont été tués l’année dernière dans les provinces de l’est du Congo par des groupes rebelles armés, selon les rapports de l’ONU la semaine dernière.

La mission de maintien de la paix de l’ONU s’efforce de réduire sa présence de plus de 17 000 soldats dans le pays et de confier son travail de sécurité aux autorités congolaises.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus