La fille du dirigeant de Dubaï, Latifa, demande à la police britannique de rouvrir le dossier de sa sœur

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Sheikha Latifa, fille du dirigeant de Dubaï, a demandé à la police britannique de rouvrir l’enquête sur l’enlèvement de sa sœur aînée dans les rues de Cambridge il y a plus de 20 ans.

Dans une lettre publiée par la BBC, Sheikha Latifa informe la police du Cambridgeshire que cela pourrait aider à libérer Sheikha Shamsa, qui a été capturée sur les ordres de leur père et n’a pas été vue en public depuis plus de deux décennies.

En 2019, un juge de la Haute Cour a jugé que le cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum avait enlevé les deux filles et les avait détenues contre leur volonté.

La semaine dernière, Sheikha Latifa, 35 ans, est apparue dans une vidéo disant qu’elle était détenue contre son gré dans une villa barricadée. Les images ont été publiées mardi par le programme d’information d’investigation de la BBC Panorama. Elle n’a pas non plus été vue en public depuis qu’elle a tenté de s’échapper de l’émirat par la mer en 2018. Latifa a déclaré dans une vidéo diffusée par la BBC qu’elle craignait pour sa vie.

Sheikha Latifa a attiré l’attention internationale en 2018 lorsqu’un groupe de défense des droits de l’homme a publié une vidéo qu’elle a réalisée dans laquelle elle décrit une tentative de fuite de Dubaï.

En mars dernier, un juge de la Haute Cour de Londres a déclaré qu’il acceptait comme prouvé une série d’allégations formulées par l’ex-épouse du dirigeant de Dubaï, la princesse Haya, dans une bataille juridique, notamment selon laquelle le cheikh avait ordonné l’enlèvement de Latifa. Les avocats du cheikh ont rejeté les allégations.

« Je suis un otage et cette villa a été transformée en prison », a déclaré Latifa, 35 ans, dans la vidéo publiée par la BBC dans le cadre d’un programme Panorama diffusé la semaine dernière.

« Toutes les fenêtres sont barrées, je ne peux ouvrir aucune fenêtre. » Elle a dit qu’elle tournait la vidéo dans la salle de bain de la villa, la seule pièce dans laquelle elle pouvait s’enfermer, a rapporté Reuters.

En décembre 2018, le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis (EAU) a déclaré que Sheikha Latifa était chez elle et vivait avec sa famille après que des groupes de défense des droits ont appelé les autorités de l’État arabe du Golfe à révéler où elle se trouvait et son état.

Après la sortie de la vidéo, le Premier ministre Boris Johnson a déclaré aux médias britanniques qu’il était « préoccupé » par les images, tandis que le groupe de défense des droits Amnesty International les a qualifiées de « glaçantes ».

« Nous avons bon espoir de voir qu’il y a du mouvement et qu’il y a des commentaires », a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) la chercheuse de HRW Golfe, Hiba Zayadin.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus