D’anciennes gymnastes britanniques attaquent leur fédération en justice pour maltraitance

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un groupe de 17 anciennes gymnastes dont trois athlètes olympiques va lancer une action en justice contre la Fédération britannique de gymnastique pour des faits de « maltraitances physiques et psychologiques généralisées » commis par des entraîneurs.

Dans une lettre remise aux instances dirigeantes de la fédération, les athlètes expliquent qu’elles étaient âgées de 6 à 23 ans aux moments des faits présumés, qui incluent « un usage inapproprié et généralisé de la force physique » par les entraîneurs et une application « injustifiée » de techniques de contrôle de leur poids.

Les jeunes femmes demandent une réponse de la part de la fédération, incluant des excuses formelles, une compensation et de meilleures directives pour les entraînements.

Pour Jennifer Pinches, qui a mis fin à sa carrière internationale après les Jeux olympiques de Londres en 2012, la Fédération britannique de gymnastique a passé trop de temps à donner la priorité aux « podiums plutôt qu’aux personnes ».

« Ce n’est que le début de changements radicaux que nous demandons et de la justice pour laquelle nous nous battons », a ajouté la gymnaste de 26 ans, également directrice du groupe « Gymnasts for Change ».

« Ce sont des décennies d’abus institutionnalisés, encouragés et couverts par ceux au sommet (de la fédération) », a déclaré la directrice de campagne de « Gymnasts for Change », Claire Heafford, elle-même gymnaste entre 10 et 15 ans.

« Les espoirs et les rêves d’innombrables enfants et jeunes adultes concourant comme gymnastes professionnels ont été brisés et leur amour pour cette discipline s’est à présent transformé en peur et en souffrance », a ajouté Claire Heafford.

La Fédération britannique a immédiatement réagi dans un communiqué: « Nous avons reçu cette lettre dans l’après-midi du 25 février. Il ne serait pas approprié ou juste, pour toutes les parties concernées, que nous fassions le moindre commentaire avant d’avoir eu l’opportunité de l’étudier en détails », a écrit British Gymnastics.

Une enquête indépendante est actuellement en cours afin d’étudier ces plaintes pour mauvais traitements.

Cette annonce survient au lendemain du suicide aux Etats-Unis de John Geddert, l’entraîneur de l’équipe nationale championne olympique en 2012, quelques heures seulement après avoir été inculpé des charges d’agressions sexuelles et de « travail forcé » à l’encontre d’une vingtaine de gymnastes.

Les faits se seraient déroulés dans un club fréquenté par Larry Nassar, l’ancien médecin de l’équipe américaine de gymnastique reconnu coupable d’abus sexuels sur des centaines d’athlètes.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus