Les États-Unis se préparent à imposer des sanctions à la Russie pour empoisonnement de Navalny

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’administration du président américain Joe Biden se prépare à imposer des sanctions à la Russie pour l’empoisonnement et l’emprisonnement du critique du Kremlin Alexey Navalny, a rapporté CNN lundi.

Citant deux responsables de l’administration, CNN a écrit que les États-Unis se coordonneront avec l’Union européenne pour déterminer ce que les sanctions entraîneront et leur calendrier exact.

Selon un responsable, une option potentielle est un ordre exécutif qui déclencherait des sanctions contre la Russie pour des attaques répétées contre la démocratie américaine, y compris le piratage de cybersécurité SolarWinds et l’octroi de primes aux soldats américains en Afghanistan, a écrit CNN.

Les sanctions seraient les premières de Biden contre la Russie et constitueraient un écart marqué par rapport à l’approche de son prédécesseur Donald Trump pour traiter avec Moscou.

Trump était notoirement amical envers son homologue russe Vladimir Poutine et a souvent refusé de pénaliser la Russie pour ses actions.

L’Union européenne a approuvé des sanctions contre quatre hauts responsables russes plus tôt lundi, alors que des experts des droits de l’homme de l’ONU ont appelé lundi à une enquête internationale sur l’empoisonnement de Navalny et sa libération immédiate.

Les sanctions de l’UE concernent quatre agents de la justice et des forces de l’ordre impliqués dans la détention de Navalny. Il leur sera interdit de se rendre dans le bloc européen et de voir les avoirs qu’ils y détiennent gelés.

Pendant ce temps, Agnes Callamard, la rapporteure spéciale de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires et arbitraires, et Irene Khan, la principale experte en matière de liberté d’opinion et d’expression, ont insisté sur la nécessité de garantir la responsabilité du «sinistre empoisonnement» de Navalny.

Ils ont exigé sa « libération immédiate » d’une colonie pénitentiaire russe, où il avait été transféré la semaine dernière d’une prison de Moscou.

Le principal opposant de Poutine a été condamné à deux ans et demi dans une colonie pénitentiaire pour avoir violé les conditions de libération conditionnelle alors qu’il se remettait d’une attaque d’empoisonnement en Allemagne.

L’homme de 44 ans a passé des mois à se remettre de l’empoisonnement presque mortel avec l’agent neurotoxique de l’ère soviétique Novichok qui, selon lui, a été ordonné par Poutine – ce que le Kremlin a nié à plusieurs reprises.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus