Un membre du personnel de Médecins sans frontières tué dans un camp syrien tenu par le PKK / YPG

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’organisation humanitaire internationale Médecins sans frontières a déclaré mardi qu’un membre du personnel avait été tué et trois autres blessés lors d’incidents distincts le mois dernier dans un camp pour personnes déplacées dans le nord-est de la Syrie.

Reprise syrienne du PKK terroriste, le camp d’al-Hol, tenu par les YPG, abrite des familles de membres de Daech et a été témoin d’une forte augmentation de la criminalité ces dernières semaines.

Dans un communiqué, Médecins sans frontières s’est dit extrêmement préoccupé par le manque de sécurité auquel sont confrontés les résidents du camp, dont les deux tiers sont des enfants. Le groupe a ajouté qu’il avait été «choqué et attristé» après qu’un membre du personnel ait été tué et trois blessés lors d’incidents les 24 et 27 février.

«Notre collègue n’était pas de service avec leur famille lorsqu’ils ont été tués» le 27 février, a déclaré Will Turner, le responsable des urgences du groupe pour la Syrie. «Les gens sont tués avec une fréquence brutale, souvent dans les tentes où ils vivent».

Turner a déclaré que l’agence essayait toujours de comprendre les circonstances du meurtre et n’a pas fourni de détails.

Il a déclaré que le 24 février, l’enfant d’un membre du personnel était décédé et que trois membres du personnel avaient été blessés dans un incendie lors d’un mariage dans le camp. Le feu s’est propagé aux tentes voisines après qu’un enfant a accidentellement renversé un chauffage au diesel. Au moins sept personnes ont été tuées dans l’incendie, dont la fille de 4 ans d’un membre du personnel.

Al-Hol abrite les épouses, les veuves, les enfants et les autres membres de la famille des terroristes de Daech. Plus de 80% de ses 62 000 habitants sont des femmes et des enfants. La majorité sont des Irakiens et des Syriens, mais il comprend quelque 10 000 personnes de 57 autres pays. Ils sont hébergés dans une zone séparée hautement sécurisée connue sous le nom d’Annexe. Beaucoup d’entre eux restent des partisans inconditionnels de Daech.

Des centaines d’autres adolescents sont détenus dans des prisons pour appartenance à Daech, qui contrôlait autrefois de grandes parties de la Syrie et de l’Irak. Il a perdu sa dernière parcelle de territoire, dans l’est de la Syrie, en mars 2019.

Médecins sans frontières a déclaré que plus de 30 personnes avaient été tuées depuis janvier dans le camp. La plupart des personnes tuées ont été la cible de la violence armée, et certaines ont été prises dans des feux croisés. D’autres ont été tués dans des attaques au couteau ou sont morts dans des accidents évitables.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus