Les relations entre la Russie et le Royaume-Uni « à un point de congélation », dit Lavrov

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré jeudi que les relations entre Moscou et Londres sont « à un point de gel » alors que les autorités britanniques ont poursuivi « un cours anti-russe difficile » ces dernières années, accompagné d’une augmentation constante de la pression des sanctions.

S’exprimant dans une interview avec le magazine Russkaya Mysl (Russian Thought), le ministre a ajouté que cette politique avait été préservée après le Brexit et que l’abandon de l’adhésion à l’UE n’avait pas incité Londres à normaliser ses relations avec la Russie.

« Indépendamment de leur appartenance à l’UE, les autorités britanniques prennent constamment des attaques absolument injustifiées contre nous, utilisant une rhétorique anti-russe dure dans l’espace public. En conséquence, l’interaction bilatérale est en grande partie terminée, la confiance est perdue et le degré des relations. est à un point de congélation », a-t-il déclaré.

Cependant, Lavrov a noté que Moscou est prête à reprendre les mécanismes économiques bilatéraux avec Londres et reste ouverte au développement de la coopération avec le Royaume-Uni.

Interrogé sur la question de savoir si le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne pouvait affecter les intérêts de la Russie, M. Lavrov a déclaré que Moscou considérait le Brexit comme une « affaire purement intra-britannique et intra-européenne ».

«Dans le même temps, nous suivons bien entendu de près l’évolution des paramètres d’interaction entre le Royaume-Uni et l’UE, l’impact de ce processus sur la coopération entre Bruxelles et Londres avec d’autres partenaires internationaux, y compris notre pays. Dans ce dernier cas, on peut affirmer avec confiance que la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE n’est pas devenue un facteur incitant les autorités britanniques à normaliser le dialogue interétatique avec la Russie. « 

La Russie a déclaré à plusieurs reprises son intérêt à élargir ses liens économiques avec le Royaume-Uni – indépendamment du Brexit, a déclaré le ministre.

«Nous partons du fait qu’à l’avenir, la Grande-Bretagne conservera sa position de partenaire commercial important de la Russie. Par exemple, en 2020, le volume du commerce bilatéral s’est élevé à 26,6 milliards de dollars, soit une augmentation de 53,6% par rapport à 2019. Pour notre part, nous sommes prêts à reprendre le travail des mécanismes bilatéraux spécialisés », a-t-il ajouté.

Interrogé sur la situation autour du Plan d’action global conjoint (JCPOA) ou de l’accord nucléaire iranien, Lavrov a déclaré que les États-Unis devaient envoyer un signal à l’Iran, confirmant le sérieux de leurs intentions de revenir à l’accord.

« La fenêtre d’opportunité pour sauver l’accord nucléaire iranien n’est pas encore fermée, mais beaucoup dépend de l’administration Biden », a déclaré le diplomate.

Lavrov a déclaré qu’il s’attendait à ce que la situation autour du JCPOA soit inversée pour le mieux et que Moscou est prête à contribuer à la conclusion d’accords.

En ce qui concerne les relations russo-américaines, Moscou ne pense pas qu’il y aura de changements sous l’administration Biden, a-t-il déclaré.

<< Nous sommes toujours ouverts à un dialogue honnête et mutuellement respectueux, basé sur un équilibre des intérêts et visant à trouver des compromis. Malheureusement, ces dernières années, les États-Unis ont suivi une voie différente, quelle que soit la situation politique intérieure et qui est à la tête. de la Maison Blanche », a-t-il déclaré.

La Russie a partagé avec les États-Unis sa vision de l’avenir de la maîtrise des armements, mais il est trop tôt pour parler des détails, a ajouté Lavrov.

« Toute négociation ne peut être fructueuse que si les Etats-Unis sont prêts à vraiment prendre en compte les intérêts russes, assurant un mouvement » dans les deux sens « pour parvenir à des accords égaux et mutuellement acceptables », a déclaré le ministre.

Le 3 février, la Russie et les États-Unis ont annoncé la prorogation du nouveau traité de réduction des armes stratégiques (START) pour cinq ans jusqu’au 5 février 2026.

Autrefois partie d’un groupe plus large d’accords sur le contrôle des armements entre les États-Unis et l’URSS, puis la Russie, le nouveau départ est le dernier pilier qui empêche les deux pays de retomber dans une nouvelle guerre froide et de déclencher une course aux armements à part entière.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus