même sans ses stars, le PSG a fait le boulot

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le Paris SG, sans Neymar ni Kylian Mbappé, a empoché un succès précieux à Bordeaux (1-0) mercredi, qui lui permet de rester au contact du leader Lille, à l’issue de la 28e journée de Ligue 1.

Lancé dans son sprint final, le PSG a remporté une deuxième victoire sur les « douze finales » que l’entraîneur Mauricio Pochettino ambitionne de gagner, après celle empochée à Dijon (4-0) samedi.

Encore « dix succès, et nous serons champions. Mais je sais qu’au foot, il faut travailler un match après l’autre, et être patient », a expliqué le technicien argentin.

La soirée aurait été parfaite sans le doublé tardif de Jonathan David (90e, 90e+2), qui a permis au Losc de battre Marseille (2-0) et de conserver deux points d’avance sur son dauphin.

Mais Paris saura s’en contenter, d’autant qu’il a failli tout perdre dans le temps additionnel, sans un superbe arrêt de Keylor Navas sur une tête de Jimmy Briand (90e+1).

Avant un déplacement piège à Brest en Coupe de France samedi, puis le 8e de finale retour de Ligue des champions face au FC Barcelone mercredi, les coéquipiers de Marquinhos restent dans les clous, et c’est bien l’essentiel.

A l’image d’un coureur cycliste qui démarre le Tour de France par des étapes de plaine, avant d’aller défier la montagne, Paris en garde sous la pédale au moment d’entamer ses « Douze travaux ».

En l’absence de Neymar, Angel di Maria (reprise), Kylian Mbappé (suspendu), Marco Verratti (blessé) et Moise Kean (Covid-19), le PSG s’est montré réaliste plutôt que spectaculaire.

Il a subi en seconde période, mais Bordeaux, qui enchaîne un 8e match consécutif sans gagner, a manqué de réussite. « Le PSG était faible ce soir », a jugé le Bordelais Loris Benito.

Le technicien girondin Jean-Louis Gasset voulait de la « solidarité » face aux stars parisiennes, c’est finalement le PSG qui a joué la carte collective.

Sans quatre de leurs meilleurs attaquants, les hommes de Pochettino ont essayé de combler le vide, qui représente 70% de leurs buts cette saison, avec de l’entrain et des idées… décalées.

– Sarabia efficace –

Par exemple, quand le milieu défensif Idrissa Gueye se mue en ailier gauche, pour servir Pablo Sarabia, sur l’ouverture du score (20e).

L’Espagnol a incarné ce Paris des seconds couteaux qui a assuré. Mis en difficulté cette saison par le coronavirus qui l’a longtemps éloigné de sa meilleure forme, l’ex du Séville FC a été impliqué dans les occasions les plus chaudes.

Il aurait déjà pu ouvrir le score plus tôt (17e) sans un arrêt de Benoît Costil. Sa magnifique ouverture de l’extérieur du pied a également offert une chance en or à Mauro Icardi, qui a vendangé (42e).

Rafinha a été une autre satisfaction de la soirée, en faisant parler sa technique dans un rôle de N.10 habituellement dévolu à Neymar ou Marco Verratti.

« Tous les joueurs sont importants », a rappelé Pochettino, « fier » du collectif qu’il essaye de rebâtir depuis son arrivée début janvier.

Pour le reste, il devrait tirer peu d’enseignements de ce déplacement, surtout d’une seconde période compliquée où seul Marquinhos a fait passer un frisson, par un bruyant coup de gueule (55e) à la suite de plusieurs poussées bordelaises.

Entré à la 65e, Hatem Ben Arfa a trop croisé sa frappe du droit (69e) sur une occasion qui pourrait laisser des regrets à Bordeaux, tant Paris est paru jouable au retour des vestiaires.

Briand a eu sa chance aussi dans le temps additionnel, mais Navas a sorti l’arrêt qu’il fallait, son unique intervention du match. Une performance clinique, à l’image de son équipe.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus