La Biélorussie demande à la Lituanie d’extrader le chef de l’opposition Tikhanovskaya

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La Biélorussie a déclaré vendredi qu’elle avait demandé l’extradition de la chef de l’opposition exilée Svetlana Tikhanovskaya, qui avait été expulsée du pays lors d’une répression contre les détracteurs du leader Alexandre Loukachenko.

Tikhanovskaya, qui a défié Lukashenko lors du vote présidentiel de l’année dernière qui, selon l’opposition, était truqué, s’est réfugiée en Lituanie, membre de l’UE, alors que la répression s’intensifiait contre les manifestations anti-gouvernementales dans son pays d’origine.

Le bureau du procureur général du Bélarus a déclaré vendredi qu’il avait demandé à la Lituanie de l’extrader « pour qu’elle soit poursuivie pour des crimes contre l’ordre gouvernemental, la sécurité publique et l’Etat ».

Les enquêteurs ont déclaré cette semaine que Tikhanovskaya, qui s’est présentée lors du vote d’août à la place de son mari emprisonné, avait prévu avec des associés de déclencher des émeutes et de capturer des bâtiments gouvernementaux dans la deuxième ville, Gomel. Tikhanovskaya a rejeté les allégations.

Le ministre des Affaires étrangères de la Lituanie, Gabrielius Landsbergis, a répondu que son pays « a été et sera un mur de briques derrière lequel toutes les forces démocratiques persécutées par les régimes trouveront refuge ».

« Nous ne pouvons dire qu’une chose au régime biélorusse: l’enfer devra d’abord geler avant que nous examinions vos demandes », a-t-il déclaré.

Dans un message sur Twitter, Tikhanovskaya a remercié Landsbergis « non seulement pour s’être élevé contre le régime de Loukachenko, mais aussi pour avoir envoyé un message clair que la Lituanie soutient fermement les Biélorusses ».

Les journalistes et les défenseurs des droits sont confrontés à une multitude d’affaires judiciaires, qui ont été condamnées par des groupes de défense internationaux. Des dizaines de médias et de défenseurs des droits ont été fouillés à domicile et dans leurs bureaux le mois dernier, et plusieurs journalistes ont récemment été condamnés à des peines de prison après avoir rendu compte des manifestations et de la répression de l’opposition.

Des milliers de personnes ont été arrêtées lors de manifestations spontanées qui ont suivi la revendication de Loukachenko d’une victoire écrasante et d’un sixième mandat lors du vote d’août. En exil, Tikhanovskaya a rencontré des dirigeants européens et des représentants de pays occidentaux.

Elle était attendue à Genève ce week-end. L’Union européenne a imposé des sanctions à Loukachenko et à ses alliés, mais le leader biélorusse de longue date bénéficie d’un fort soutien de Moscou et a refusé de démissionner.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus