« Absurde. Inutile. Islamophobe »: les Suisses votent la burqa, l’interdiction des niqabs

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

 

À un moment où apparemment tout le monde en Europe porte des masques pour combattre le COVID-19, les Suisses se rendent aux urnes dimanche pour voter sur une proposition de longue date visant à interdire les masques, à la fois les niqabs et les burqas portés par quelques femmes musulmanes dans le pays et les masques de ski et les bandanas utilisés par les manifestants.

La question se situe au croisement de la liberté religieuse, de la sécurité, de l’économie et des droits des femmes. Les critiques disent que la proposition « Oui à l’interdiction de se couvrir le visage » est un retour ironique à une époque il n’y a pas si longtemps où l’extrémisme violent était une plus grande préoccupation qu’une pandémie mondiale, et disent que cela stigmatiserait injustement les musulmans qui portent des burqas couvrant tout le visage. ou les niqabs, qui ont des fentes ouvertes pour les yeux, en Suisse.

Les partisans, y compris les mouvements populistes de droite derrière l’idée, disent qu’il est nécessaire de lutter contre ce qu’ils considèrent comme un signe de l’oppression des femmes et de défendre un principe de base selon lequel les visages doivent être montrés dans une société libre comme celle de la riche démocratie alpine. .

La question est l’une des trois mesures sur les scrutins nationaux lors du vote qui a culminé dimanche – la plupart des électeurs en Suisse ont voté par courrier – dans le cadre du dernier volet des référendums suisses réguliers qui donnent aux électeurs une voix directe dans l’élaboration des politiques.

D’autres propositions créeraient une « e-ID » pour améliorer la sécurité des transactions en ligne – une idée qui a porté atteinte aux défenseurs de la protection de la vie privée – et un accord de libre-échange avec l’Indonésie, auquel s’opposent les écologistes qui s’inquiètent des plantations d’huile de palme sur l’archipel des océans Indien et Pacifique.

La mesure visant à couvrir le visage est connue sous le nom d ‘«interdiction de la burqa». Cela mettrait la Suisse au même niveau que des pays comme la Belgique et la France qui ont déjà adopté des mesures similaires.

Deux régions suisses ont déjà de telles interdictions. Une affiche de campagne présentée par le Parti populaire suisse – un parti populiste de droite qui est la faction dominante au parlement et qui a fermement soutenu la mesure – présente une image caricaturée des yeux renfrognés d’une femme en niqab au-dessus des mots:  » Arrêtez le radicalisme islamique. »

Une coalition de partis de gauche a mis en place des panneaux indiquant: « Absurde. Inutile. Islamophobe. » Le soutien semble s’éroder, mais le vote devrait être serré. Un premier sondage de la Société de radiodiffusion publique suisse (SSR) par l’agence gfs.bern en janvier a révélé que plus de la moitié des électeurs soutenaient la proposition, mais un deuxième sondage publié le 24 février a montré que les chiffres avaient chuté à moins de la moitié. Certains restent indécis.

Le gouvernement suisse s’oppose à la mesure, arguant qu’elle pourrait nuire au développement économique: la plupart des femmes musulmanes qui portent de tels voiles en Suisse sont des visiteurs des États bien nantis du golfe Persique, souvent attirés par les villes bucoliques des lacs suisses. Le ministre de la Justice insiste sur le fait que les lois existantes fonctionnent très bien. La mesure rendrait passible d’amendes le fait de se couvrir le visage en public dans des endroits comme les restaurants, les stades sportifs, les transports en commun ou simplement se promener dans la rue – bien que des exceptions soient faites pour des raisons religieuses, de sécurité et de santé, ainsi que pour la tradition suisse. Célébrations du carnaval.

Une contre-proposition obligerait les gens à montrer leur visage si les autorités le demandent. C’est une autre indication de la façon dont la Suisse est confrontée aux problèmes de sécurité, aux cultures et aux étrangers. Par le passé, les électeurs suisses ont approuvé l’interdiction de la construction de minarets dans le pays alpin dont le drapeau porte la croix.

Andreas Tunger-Zanetti, un chercheur qui dirige le Center for Religious Studies de l’Université de Lucerne, estime qu’au plus quelques dizaines de femmes musulmanes portent des couvertures intégrales dans le pays de 8,5 millions d’habitants et dit que le problème concerne vraiment la position de la Suisse. religion et capacité à «faire face à la diversité».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus