A Qaraqosh ravagée par les jihadistes au drapeau noir, un accueil papal aux mille couleurs

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Il y a sept ans, Mounir Jibraïl quittait Qaraqosh quand les jihadistes y plantaient leur drapeau noir. Aujourd’hui, ce chrétien du nord de l’Irak est de retour et il attend… le pape, tout de blanc vêtu!

« C’est magnifique de voir le pape! On n’aurait jamais imaginé qu’il viendrait à Qaraqosh », détruite avec son église par le groupe Etat islamique (EI), assure ce professeur de mathématique chrétien de 61 ans à l’AFP.

« Peut-être que cela aidera le pays à se reconstruire et que cela nous amènera enfin l’amour et la paix », poursuit-il, alors qu’autour de lui, tous s’agitent pour la toute première visite d’un pape en Irak.

Le souverain pontife de 84 ans est entré à Qaraqosh au milieu d’une foule agitant des palmes et des branches d’olivier. Ce symbole de paix, les habitants qui ont vu débarquer à l’été 2014 les pick-ups surmontés du drapeau noir de l’EI, en ont bien besoin.

– Robes colorées et thermomètres –

En quelques jours, la quasi-totalité des 55.000 chrétiens de la ville étaient alors partis. Comme Mounir Jibraïl, la grande majorité avait pris la route vers l’est, direction le Kurdistan irakien.

Là, pendant trois ans, ils se sont languis de leur ville, où les jihadistes ont méticuleusement tenté d’effacer toute trace des chrétiens, pourtant présents depuis les premiers siècles.

En 2016, aussitôt après la libération, Mounir Jibraïl est revenu et il lui a fallu quatre ans pour reconstruire sa maison.

Aujourd’hui, environ 26.000 chrétiens sont de retour à Qaraqosh et ils sont des centaines sur le parcours du pape jusqu’à l’église al-Tahira, rénovée et nettoyée de fond en comble pour l’occasion.

A l’intérieur, parmi les chanceux qui ont obtenu un ticket d’entrée pour l’angélus de ce dimanche, des femmes en tenues traditionnelles colorées, des enfants masqués roses à la main, des hommes en costumes du dimanche…

Covid oblige, à l’entrée, deux hommes en surblouse bleue ont pris leur température.

Et si la joie est si intense aujourd’hui, c’est parce que dans tous les esprits, les souvenirs douloureux ne sont jamais loin.

Ici même, les jihadistes ont imposé leur quotidien de châtiments violents, leur joug brutal et leurs exactions moyenâgeuses, comme les marchés aux esclaves et autres séances de flagellation publiques.

– « Ne vous découragez pas » –

« La route vers une pleine guérison peut être encore longue », convient d’ailleurs le pape dans son allocution, « mais je vous demande, s’il vous plaît, de ne pas vous décourager », poursuit le chef des 1,3 milliard de catholiques du monde.

« La capacité de pardonner » et « le courage de lutter » sont « nécessaires », exhorte-t-il encore dans un pays où les tensions confessionnelles sont toujours latentes.

Du courage, Amal Ezzo, directrice d’une école catholique de Qaraqosh, a en eu besoin. Les chrétiens, comme toutes les victimes de l’EI, dit-elle, ne trouvent aucun soutien auprès des autorités de Bagdad, embourbées dans la pire crise économique de leur histoire.

« Le moment est venu de reconstruire et de recommencer », a lancé le pape. Mais, réplique-t-elle à l’AFP, « le gouvernement ne nous a pas aidés à reconstruire nos maisons, ce sont des organisations internationales qui l’ont fait ».

Dans l’assemblée, les femmes sont plus nombreuses et surtout plus visibles avec leurs habits colorés agrémentés de paillettes de tous les tons. A celles-là, le pape a réservé une attention toute spéciale.

« Je voudrais dire merci de tout coeur à toutes les mères et les femmes de ce pays, des femmes courageuses qui continuent à donner vie malgré les exactions et les blessures », lance-t-il.

« Que les femmes soient respectées et protégées! Que leur soient données attention et opportunités! », poursuit le pape dans un pays où le taux d’emploi des femmes est l’un des plus bas au monde. Et ce alors même qu’un foyer sur 10 est tenu par une femme en Irak, pays déchiré depuis 40 ans par des guerres qui ont souvent emporté un père, un mari ou un fils.

Pour le Père Éphrem Azar, dominicain présent à al-Tahira, enfin, les Irakiens entendent « un homme dire des choses vraies, simples ».

Mais tous les défis attendront. Aujourd’hui, affirme le cardinal Louis Sako, qui travaille depuis des années à cette visite, « nous fêtons le retour après l’exode ».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus