Pour les droits des femmes en Tunisie, le grand écart entre loi et pratique

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Après avoir déposé plainte pendant le confinement contre son mari violent, Nadia a « failli tout perdre », même sa fille, les institutions tunisiennes peinant à mettre en oeuvre des lois pionnières contre les violences faites aux femmes.

Les signalements ont été multipliés par plus de cinq pendant le confinement de mars à juin 2020, selon les autorités. Et la hausse perdure.

Dans le centre d’écoute de l’Association des femmes démocrates (ATFD), la fréquentation de ces derniers mois reste nettement plus importante qu’à la même période l’an dernier.

Une loi ambitieuse contre les violences faites aux femmes a été adoptée en 2017, portée par des hommes politiques résolus à faire de « la femme tunisienne » un étendard progressiste et par des militantes et associations expérimentées.

Ce texte salué, qui élargit considérablement le champ des violences sanctionnées, confirme le statut de la Tunisie comme pionnière en matière de droits des femmes dans la région et prévoit en théorie un soutien juridique et matériel aux victimes.

Mais obtenir justice reste un parcours du combattant à l’issue imprévisible, en raison du manque volonté politique et de moyens.

Pendant plusieurs années, Nadia, coquette quadragénaire, a toléré que son mari la menace et la malmène. Sans revenu, elle ne se voyait pas porter plainte.

« Il faisait cela quand il était saoul, puis il s’excusait et il partait plusieurs mois par an à l’étranger pour son travail, alors j’ai préféré ne rien faire », souligne-t-elle.

« Mais avec le confinement, il s’est retrouvé coincé à la maison, stressé, il buvait beaucoup et un jour ma fille m’a parlé de gestes déplacés », évoquant des attouchements sexuels commis par son père, se souvient-elle avec émotion.

Nadia a aussitôt appelé la police, qui l’a convoquée quelques jours plus tard.

– « Elan libérateur » –

Après un bon contact initial, les auditions tournent au vinaigre. Son mari a des moyens et un avocat, elle est démunie et craint qu’il ne corrompe policiers et magistrats.

La police lui demande de constituer elle-même un CD avec les preuves qu’elle a rassemblées.

Après plusieurs semaines sans aucune avancée, Nadia, désespérée et terrifiée de perdre la garde de sa fille en cas de séparation, finit par se tourner vers l’ATFD.

L’association lui trouve un avocat qui découvre que le CD de preuves n’a pas été transmis par le commissariat au tribunal.

« Heureusement que j’ai trouvé un appui, j’ai failli tout perdre, même ma fille », souligne Nadia.

Le dossier a été confié à un nouveau magistrat et quelques jours plus tard son mari était interpellé.

Pour améliorer la prise en charge des femmes cherchant la protection de la police, le ministère de l’Intérieur a mis en place 130 brigades spécialisées depuis 2018.

Plusieurs centaines de policiers spécialement formés, parmi lesquels de nombreuses femmes, sont chargés de mener ces enquêtes ou de faire exécuter les ordonnances d’éloignement.

Un enseignement spécifique sur ces violences est désormais dispensé en école de police et les agents qui tentent de décourager les femmes de lancer des poursuites sont passibles de prison.

Mais pour les associations de défense des femmes, il reste un travail de longue haleine à faire.

« Il y a un décalage énorme entre la loi de 2017, qui est encore très récente, et les pratiques institutionnelles et sociales, qui ne suivent pas cet élan libérateur », souligne Yosra Frawes, présidente de l’ATFD.

La loi couvre prévention, protection, répression et réparation, et « cela nécessite des infrastructures, des centres d’écoute, des foyers, mais l’Etat n’a pas prévu de budget », souligne-t-elle.

En outre, depuis les élections de 2019, qui ont fait la part belle à des élus explicitement conservateurs, « la question des femmes a disparu du débat public », déplore-t-elle.

Exit le débat sur l’égalité en matière d’héritage, alors qu’une loi était envisagée en 2018 pour que les femmes ne reçoivent plus, comme dans la plupart des pays musulmans, que la moitié de la part d’un héritier masculin.

Pour Mme Frawes, « on doit mener deux batailles parallèles: celle des lois et celle des mentalités » en formant juges, avocats, policiers, ou médecins pour qu’ils « s’approprient l’égalité ».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus