Aucune inquiétude à avoir, il y a de la place pour tout le Monde au Sahara marocain !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Dakhla, ville marocaine des Provinces Sahariennes, est internationalement connue pour sa baie fascinante et est à l’abri des courroux arides qui frappent cette péninsule saharienne mais les Alizés d’Ouest sont frais et toujours présents.

S’agissant de son centre-ville, son marché municipal, son souk et ses ruelles propres, ils valent le détour avant de découvrir les multiples facettes de ce paradis naturel local qui se trouve à environ une dizaine de kilomètres pour y percevoir la plage d’Oum Labouir, réputée mondialement pour le spot surf, mais aussi Lassarga, village de pêcheurs, connu des surfeurs pour sa vague.

En élargissant son spectre d’exploration tout voyageur venant à Dakhla, pourra constater la dune blanche qui enchante tant les amateurs de kitesurf que les adeptes de curiosités géologiques et où une dizaines de gravures rupestres sont inscrites sur la liste du patrimoine national.

Après cette présentation succincte de la ville de Dakhla, il y a lieu de noter que la République du Sénégal, grand pays africain situé sur le côte Ouest de l’Afrique, vient de rejoindre la liste des pays amis et alliés du Royaume du Maroc en ouvrant, ce 05 avril 2021, un Consulat Général à Dakhla, deuxième grande ville du Sahara marocain.

L’inauguration officielle de ce Consulat Général, situé dans le quartier diplomatique de Dakhla, a été présidée, le 05 mars 2021, par le Ministre marocain des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidents à l’Etranger, Nasser Bourita, et la Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, Aïssata Sall Tall et ce, en présence des notables de la Région, des Autorités Locales et des représentants des Consulats étrangers installés à Dakhla.

L’ouverture du Consulat Général du Sénégal sonne, par ailleurs, comme un désaveu au dernier communiqué du Conseil de la Paix et Sécurité de l’Union Africaine, du 18 mars 2021, appelant le Secrétaire Général de l’ONU à demander au Conseiller Juridique des Nations-Unies de fournir un avis juridique sur l’ouverture de Consulats dans les Provinces sahariennes marocaines.

Au total, le nombre de Consulats ouverts au Sahara marocain vient d’atteindre le chiffre de 22 représentations consulaires sans oublier l’ouverture, incessamment sous peu, celui du Suriname.

A noter que la France tente de se positionner pour contribuer à la réalisation des grands projets structurants initiés par le Maroc, notamment le Port Atlantique de Dakhla et la Ligne à Grande Vitesse (LGV) reliant Marrakech à Agadir, comme l’a si bien affirmé le Ministre délégué français des Transport, Jean-Baptiste Djebbari, le 25 mars 2021 lors de sa visite à Rabat, à son homologue marocain, Abdelkader Amara.

Mais, il semblerait que Monsieur Djebbari ait omis de déclarer que la France se doit de réparer ses fautes historiques avec le Maroc en reconnaissant la souveraineté inaliénable du Maroc sur ses Saharas, Oriental et Occidental.

Comme l’a si bien dit le Général de Gaulle, « il n’y a pas d’amis entre Etats mais seulement des intérêts mutuellement partagés ». Aussi la France à meilleurs temps à revoir sa position sinon Rabat fera la sourde oreille aux entreprises françaises désirant investir au Maroc.

Vu la conjoncture économique française actuelle, la France se doit de reconnaître, conformément à ses droits historiques, la souveraineté du Maroc sur ses Provinces sahariennes avant de parler affaires. A défaut le Maroc cherchera d’autres investisseurs qui se bousculent, d’ailleurs, pour obtenir les marchés plus qu’avantageux pour les populations locales en matière d’emploi, de santé, d’enseignement, de tourisme, d’industrie, d’agriculture, et de vie sociale.

Face à cette nouvelle donne et suite à une économie française en totale perdition, la France devrait revenir à la raison en reconnaissant par une déclaration officielle la marocanité de son Sahara et en procédant à l’ouverture d’un Consulat Général français dans ses Provinces sahariennes, ce qu’un nombre de plus en plus croissant d’Hommes Politiques français, et pas des moindres, ne cessent de réclamer à corps et à cris au pouvoir français.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus