COVID, le chômage balaie l’Amérique latine: 1 jeune sur 6 perd son travail

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une personne sur six âgée de 18 à 29 ans en Amérique latine et dans les Caraïbes a quitté le travail depuis le début de la pandémie de coronavirus, obligeant beaucoup à abandonner leurs études, a déclaré jeudi un rapport.

La précarité de l’emploi pour les jeunes a augmenté dans toute la région, selon une enquête de l’organisation caritative canadienne Cuso International basée sur des données d’une commission des Nations Unies et un sondage de l’Organisation internationale du travail.

« Il est extrêmement difficile pour les jeunes d’accéder au marché du travail en raison de problèmes de spécialisation, de bas salaires et de pauvreté », a déclaré le directeur colombien du groupe de défense Alejandro Matos à Reuters.

Plus de la moitié de ceux qui ont cessé de travailler depuis le début de la pandémie ont été licenciés par leurs employeurs, selon le rapport, tandis que d’autres ont vu leurs entreprises fermer et que ceux qui sont employés dans le secteur informel ne pouvaient pas travailler en raison des verrouillages.

« Les sentiments de tristesse, de peur et d’anxiété, ainsi que le découragement suite à la crise prévalent chez les jeunes, où une plus grande proportion que dans les autres groupes d’âge affirment que leur bien-être et leur santé mentale se sont également détériorés », indique le rapport.

Alors que les pertes d’emplois chez les jeunes ont provoqué des interruptions dans les programmes d’éducation et de formation, l’effondrement des entreprises et la baisse des salaires ont accru la précarité, le sous-emploi et le travail informel, selon l’étude.

La majorité des pertes d’emplois sont survenues au premier semestre 2020, le nombre de jeunes ayant un emploi ou une formation ayant chuté de 7,8%, a-t-il déclaré.

Le chômage touche particulièrement les personnes âgées de 15 à 24 ans, augmentant de 3,4%, soit près du double du taux des plus de 25 ans.

« Les jeunes sans accès à l’éducation, à la formation ou à l’expérience professionnelle n’accumulent pas de capital humain et se trouvent de plus en plus éloignés du domaine du travail décent », indique l’étude.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus