La crise alimentaire s’aggrave en Afrique de l’Ouest après le COVID-19 et les attaques

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Près de 20 millions de personnes meurent de faim en Afrique de l’Ouest et dans la région du Sahel alors que la vaste région est déchirée par les conflits et la pandémie de coronavirus, ont averti des experts jeudi.

La situation pourrait empirer entre juin et août, avec jusqu’à 27 millions de personnes ayant besoin d’une aide alimentaire immédiate, soit près d’une personne sur 10 dans 14 pays, ont déclaré les experts.

Au Nigéria seulement, 12,8 millions de personnes pourraient faire face à une crise alimentaire «ou pire» cet été, selon le Food Crisis Prevention Network, qui comprend des représentants de gouvernements, d’ONG, de prêteurs et d’agences des Nations Unies.

Le Nigéria a été confronté à des conflits avec des extrémistes dans le nord-est, des gangs armés dans le nord-ouest, ainsi qu’à des conflits communautaires dans les régions centrales, des tensions séparatistes dans le sud-est et la piraterie dans le golfe de Guinée voisin.

La région des trois frontières du Burkina Faso, du Niger et du Mali est également en proie à des violences extrémistes contre les civils depuis des années.

Outre les conflits, le déplacement de 5,6 millions de personnes, la faiblesse des économies et la pandémie ont aggravé les pénuries alimentaires dans la région, selon le réseau.

Près de trois millions de personnes pourraient faire face à une crise alimentaire au Burkina Faso dans les mois à venir, 2,3 millions au Niger, 1,8 million chacun au Tchad et en Sierra Leone, 1,3 million au Mali et près d’un million au Libéria.

Le réseau a été créé pour analyser la situation alimentaire dans la région et aider les gouvernements et les donateurs à trouver des réponses au problème.

Mais plusieurs responsables ont déclaré que l’aide humanitaire n’était pas la seule réponse.

« Il est crucial pour nous de changer la façon dont nous gérons les crises », a déclaré l’ancien Premier ministre nigérien Ibrahim Mayaki, président honoraire du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest.

« Il est essentiel de changer la façon dont nous gérons les crises. Cela signifie investir à long terme pour s’attaquer aux causes profondes de la famine et de la malnutrition », a déclaré Mayaki.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus