Un groupe de défense musulman poursuit Facebook pour de fausses allégations de discours de haine

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un groupe de défense des droits civiques basé aux États-Unis, Muslim Advocates, a intenté jeudi une action en justice contre Facebook et ses dirigeants, affirmant que la société ne supprime pas les discours de haine comme elle le prétend dans ses politiques.

Le procès affirme que Facebook a régulièrement omis de supprimer le contenu qui enfreignait ses règles, y compris les groupes anti-musulmans et les pages signalées par des organisations de défense des droits et des experts. Le dossier indiquait que cela incluait des pages et des groupes dont les noms comparaient les musulmans à la «saleté» et contenait des appels à «s’unir contre», «purger» ou «effacer» l’islam.

Les plateformes de médias sociaux font depuis longtemps l’objet d’un examen minutieux pour la manière dont elles gèrent les discours de haine, les contenus violents et autres abus sur leurs plateformes. Les plateformes sont désormais sous pression pour mieux s’attaquer au problème, comme YouTube, qui a annoncé mardi une baisse de 70% des vidéos enfreignant sa politique depuis 2017.

En juillet 2020, Facebook a publié un audit des droits civiques commandé par la société qui a déclaré qu’elle devrait investir plus de ressources pour étudier et lutter contre la haine organisée contre les musulmans et d’autres groupes ciblés sur la plate-forme.

« Nous n’autorisons pas les discours de haine sur Facebook et travaillons régulièrement avec des experts, des organisations à but non lucratif et des parties prenantes pour nous assurer que Facebook est un endroit sûr pour tout le monde, reconnaissant que la rhétorique anti-musulmane peut prendre différentes formes », a déclaré un porte-parole de Facebook dans un communiqué. déclaration. « Nous avons investi dans les technologies d’IA pour éliminer les discours de haine et nous détectons de manière proactive 97% de ce que nous supprimons. »

Le procès, qui a été déposé devant la Cour supérieure du district de Columbia à Washington, allègue que Facebook, le directeur général Mark Zuckerberg, le directeur général Sheryl Sandberg et d’autres dirigeants ont violé la loi sur la protection des consommateurs du district par leurs déclarations sur la suppression du contenu enfreignant les règles.

Zuckerberg, qui a comparu sept fois devant le Congrès depuis 2018, a déclaré aux législateurs que la société supprimait le contenu qui enfreignait les politiques de Facebook, y compris les publications appelant à la violence ou risquant de subir des dommages physiques imminents.

Selon les chiffres 2019 de la Commission européenne, les géants de l’internet, comme Facebook, ont plus que doublé la vitesse à laquelle ils répondent aux discours de haine en ligne.

Cependant, l’entreprise a été critiquée par des groupes de défense des droits civiques qui affirment qu’elle n’applique pas ces règles de manière cohérente.

Le procès demande au juge de déclarer que les déclarations des dirigeants de Facebook enfreignent la loi sur les procédures de protection des consommateurs de DC et demande des dommages-intérêts pour les avocats musulmans.

Muslim Advocates est une organisation à but non lucratif basée à Washington.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus