une quinte royale aux portes du dernier carré

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Jamais la France n’avait compté cinq représentants en quarts de finale de Coupe d’Europe. Avec deux confrontations franco-françaises, Bordeaux-Bègles-Racing 92 et Clermont-Toulouse, il y aura forcément de la casse ce week-end aux portes d’un dernier carré que La Rochelle espère aussi atteindre, pour la première fois.

. La Rochelle, un cap à franchir

Le Stade rochelais faisait encore figure de « petit » la première (et dernière) fois qu’il est monté dans le quart de la Coupe d’Europe. C’était en 2018 et le club à la caravelle avait sombré au pays de Galles chez les Scarlets (29-17).

Il aura l’occasion samedi (16h00) de franchir un cap en confirmant à l’échelon continental les progrès accomplis depuis quatre ans en Top 14, dont il joue les premiers rôles cette saison.

Vainqueurs à Gloucester (27-16) la semaine dernière grâce notamment au centre Levani Botia et au troisième ligne Kevin Gourdon, les Maritimes partiront à l’abordage d’un autre club anglais, Sale, troisième de son championnat.

Les équipiers de Brice Dulin et Grégory Alldritt seront cette fois dans leur antre de Marcel-Deflandre, mais les Sharks du demi de mêlée sud-africain Faf de Klerk, qualifiés pour les huitièmes sans avoir gagné un match, viennent de croquer les Scarlets (57-14) à Llanelli. Méfiance.

. Racing 92, un statut à assumer

Triple finaliste malheureux de la Coupe d’Europe en 2016, 2018 et 2020, le Racing 92 aura dimanche (13h30) un statut à assumer face à Bordeaux-Bègles, novice à ce stade de la compétition.

Les Racingmen, après avoir facilement disposé d’Edimbourg (56-3) au tour précédent, se présenteront diminués en Gironde sans Virimi Vakatawa, Teddy Thomas, Henry Chavancy, Simon Zebo, Bernard Le Roux ni Dominic Bird.

Suspendu à la suite de son carton rouge reçu contre l’équipe de France dans le Tournoi des six nations, l’Écossais Finn Russell manquera également à l’appel.

En son absence, Antoine Gibert, 23 ans, livrera un match dans le match face à un autre jeune ouvreur français talentueux, l’international Matthieu Jalibert, 22 ans, étincelant dimanche dernier lors de la victoire de l’UBB contre Bristol (34-17).

L’entraîneur girondin Christophe Urios s’attend à un « bras de fer » entre les deux équipes françaises, dont les routes ne s’étaient jamais croisées en Coupe d’Europe. C’est en revanche déjà arrivé deux fois cette saison en Top 14, pour deux victoires à l’extérieur.

. Toulouse, une tête de favori

A qui le statut de favori entre Clermont et Toulouse dimanche (16h00)? Les deux entraîneurs ont tenté cette semaine de se refiler le costume.

Impressionnant chez le Munster (40-33), le Stade Toulousain est « un club qui a marqué l’histoire du rugby français et européen », a déclaré le Clermontois Franck Azéma. « Je ne suis pas surpris de retrouver ce club à ce niveau avec l’étiquette de favori. Celui qui dit le contraire se ment. »

Si Ugo Mola a dit de son côté bien vouloir laisser aux Auvergnats « ce rôle d’outsiders qui leur va si bien », le technicien haut-garonnais s’est appuyé sur deux statistiques pour laisser penser le contraire.

D’une: les Rouge et Noir n’ont plus gagné depuis 2002 au stade Michelin. De deux: les équipes évoluant à domicile ont un taux de réussite de 76% en quarts de finale de Coupe d’Europe.

« On est la première génération du Stade Toulousain à gagner au Munster donc peut-être que notre karma du moment va nous permettre de rompre avec ces statistiques », a relativisé Mola.

Passés sur le fil sur le terrain des Wasps grâce à un essai dans les arrêts de jeu (27-25), les Clermontois veulent offrir comme cadeau de départ un titre européen à Azéma, qui quittera le club à l’issue de la saison.

. Exeter-Leinster, un air de finale

Le seul quart à ne pas impliquer de club français aura samedi (18h30) un air de finale entre Exeter, tenant du titre, et le Leinster, quadruple vainqueur de la compétition.

Très solides contre Lyon en huitièmes de finale (47-25), les Anglais recevront des Irlandais peu éprouvés physiquement après être passés sans combattre, sur tapis vert, en raison d’un cas de Covid-19 à Toulon.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus