le numéro vert Net écoute devient le 3018

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Quatre chiffres pour « plus d’efficacité »: le numéro vert Net écoute devient à partir de mardi le 3018, une plateforme pour « prévenir et intervenir » contre les violences numériques subies par les enfants et les adolescents, en forte augmentation depuis la crise sanitaire.

Cyberharcèlement, « revenge porn », chantage à la webcam, usurpation d’identité, surexposition aux écrans, aux jeux vidéo: ce nouveau numéro, qui remplace le 0800 200 000, a vocation à devenir « la ligne nationale d’assistance pour tous les enjeux de protection des mineurs sur internet comme la lutte contre les violences numériques et l’aide à la parentalité numérique », a présenté à l’AFP le secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance Adrien Taquet, constatant une « recrudescence d’actes préoccupants ».

Cette ligne confidentielle et gratuite, gérée depuis 2009 par l’association e-Enfance, est accessible par téléphone 6 jours sur 7, de 09H00 à 20H00, mais également sur 3018.fr par Tchat en direct, via Messenger et WhatsApp.

Le 3018 représentera un « point d’entrée unique pour toute question ou problème concernant la dimension numérique de la vie des enfants et des adolescents », a déclaré Justine Atlan, directrice générale de e-Enfance, plaidant pour « plus de simplicité, de lisibilité et d’efficacité ».

Depuis le début de la crise sanitaire, qui a entraîné plusieurs périodes de confinement et de fermeture des établissements scolaires, les appels reçus sur Net écoute ont « quasiment doublé et les cas de cyberharcèlement ont augmenté de 57% en 2020 », a fait valoir Mme Atlan.

L’équipe des écoutants, composée de psychologues, juristes et spécialistes des outils numériques, est formée à la protection des mineurs sur Internet et à l’accompagnement des parents. Ils accompagnent également les victimes et peuvent déclencher des procédures de signalement accélérées auprès des réseaux sociaux.

Selon un sondage Opinionway de 2018, à 12 ans, un enfant sur trois a déjà été exposé à du contenu pornographique en ligne et un adolescent sur dix déclare avoir déjà été victime de violences en ligne.

La crise a des « impacts lourds sur les enfants et les parents », a souligné M. Taquet, évoquant des problèmes de précarisation des familles, d’isolement et de sédentarité des enfants et une explosion du temps devant les écrans.

« Cette surexposition peut avoir des conséquences importantes, notamment de cyberharcèlement ou d’exposition à des contenus violents, voire illicites. Ces cyberviolences n’ont de cyber que le nom. Elles ont des conséquences bien réelles, au-delà de la sphère numérique », a-t-il ajouté.

Pendant le premier confinement, on estime que 93% des enfants et adolescents ont dépassé la recommandation de moins de 2 heures d’utilisation d’écrans par jour.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus