Naples plus que jamais dans le match pour la C1

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Naples ne va rien lâcher dans la bataille pour la Ligue des champions et l’a démontré avec éclat contre la Lazio (5-2), pendant que la Roma et l’Atalanta se sont neutralisées (1-1), un partage des points qui ne satisfait personne.

Après ces deux chocs spectaculaires en clôture de la 32e journée de Serie A, la lutte s’annonce toujours plus intense pour l’attribution des trois billets restant en jeu (l’Inter ayant quasiment préempté le quatrième).

Quatre candidats (Milan, Atalanta, Juventus et Naples) se tiennent désormais en trois points. Et la Lazio, malgré le coup d’arrêt du soir après cinq victoires consécutives, n’a pas dit son dernier mot, pour peu qu’elle gagne son match en retard contre le Torino et qu’elle se relance dès lundi contre Milan.

Rien n’a souri en début de match à Ciro Immobile et ses coéquipiers: ni la VAR qui a accordé un penalty discutable aux Napolitains (Lorenzo Insigne, 7e), ni le poteau qui a renvoyé un tir de Joaquin Correa (19e).

Les Napolitains ont eux enchaîné des buts tous plus beaux les uns que les autres par Matteo Politano au ras du poteau (12e), Lorenzo Insigne d’un lob astucieux (53e) puis Dries Mertens sans contrôle (65e) pour mener 4-0.

Victor Osimhen, entré à la place du Belge, a scellé un succès (80e) que les Laziali ont bien tenté de contester en revenant à 4-2 (Immobile, 70e, puis Milinkovic-Savic, 74e).

– « Il va falloir lutter » –

Naples continue ainsi sa belle série au stade Maradona: sept victoires et un nul (contre l’Inter).

A Rome, l’Atalanta aurait sans doute pu marquer autant mais la meilleure attaque du championnat a fait preuve d’une rare maladresse, se contentant d’un but, signé Ruslan Malinvoskyi (26e).

« Il est difficile d’expliquer comment certains buts peuvent être manqués », a remarqué l’entraîneur Gian Piero Gasperini qui pensait sans doute au raté de Luis Muriel (64e) en seconde période, qui aurait permis aux Bergamasques de logiquement mener 2-0.

Quelques instants plus tard, la Dea s’est retrouvée à dix, après un deuxième avertissement pour Robin Gosens (69e), permettant à la Roma, jusqu’ici archi-dominée, de trouver enfin des espaces pour égaliser, sur une frappe de Bryan Cristante (75e).

Ce partage des points ne fait l’affaire d’aucune des deux équipes. L’Atalanta manque l’occasion de prendre la deuxième place après la défaite de Milan mercredi et reste troisième à égalité avec la Juventus (4e).

« Il manque six matches, il va falloir lutter », a souligné le « Gasp ».

La Roma (7e), elle, confirme son incapacité à gagner contre les équipes du haut de tableau et reste à dix points de la quatrième place.

Retenant la « personnalité » de son équipe qui a su réagir, l’entraîneur giallorosso Paolo Fonseca sait toutefois que la meilleure chance de la Roma de voir la C1 la saison prochaine sera plus que jamais de créer l’exploit en Ligue Europa, avec sur la route de la finale l’ogre Manchester United.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus