GP d’Espagne de F1: Lewis Hamilton devient centenaire

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Lewis Hamilton a porté samedi en Espagne son record de pole positions en Formule 1 au total symbolique de 100, « un nombre tellement élevé qu’il (lui) est difficile de dire à quel point c’est dingue et incroyable ».

« J’ai du mal à réaliser, je ne sais pas ce que je suis censé ressentir », ne cessait de répéter le Britannique à sa descente de voiture. « C’est la 100e mais je me sens comme lors des premières. »

« C’est quelque chose que personne, moi inclus, n’aurait jamais pensé que je pouvais atteindre », s’est émerveillé celui qui a décroché sa première position de pointe lors de l’édition 2007 du Grand Prix du Canada, son sixième seulement en F1.

Dimanche à 15h00 (13h00 GMT), le pilote Mercedes partagera la première ligne sur la grille de départ avec son principal rival, le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull), battu de 36/1000 seulement.

« Je suis heureux que ce soit si serré, a assuré le poleman. C’est un sentiment incroyable de passer la ligne en se demandant où l’on va être et si notre effort a été suffisant. C’est éprouvant pour les nerfs, pour les fans comme pour nous. »

Hamilton et Verstappen, que huit points tout juste séparent en tête du classement des pilotes (à l’avantage du premier grâce à deux succès contre un), anticipent une course tout aussi serrée, comme les trois premières manches de 2021.

« Il est difficile de faire des prédictions, développe le Néerlandais. Notre rythme en longs relais est tout à fait décent mais celui des Mercedes aussi. En plus, il est difficile de dépasser ici donc il faudra voir, mais j’espère qu’on sera aussi proches qu’aujourd’hui. »

– Bicentenaire tout proche –

Son adversaire britannique a en effet un avantage certain: lors de 22 GP sur 30 sur le circuit de Barcelone-Catalogne, le vainqueur s’est élancé de la pole !

Lors des huit restants, seuls trois gagnants n’étaient pas en première ligne. Le moins bien placé, l’Espagnol Fernando Alonso en 2013, était 5e.

Le résultat final « pourrait se jouer aux arrêts aux stands, entre ceux qui en feront deux et ceux qui n’en feront qu’un », termine l’équipier finlandais d’Hamilton, Valtteri Bottas, 3e des qualifications.

Et si le septuple champion du monde, en quête d’une huitième couronne mondiale record, venait à s’imposer, il s’approcherait un peu plus de son bicentenaire: le pilote Mercedes affiche en effet 97 succès en GP à son compteur, le premier au Canada en 2007.

Aux côtés de Bottas, c’est le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) qui s’élancera en deuxième ligne. La troisième revient au Français Esteban Ocon (Alpine) et à l’Espagnol Carlos Sainz Jr (Ferrari).

Suivent l’Australien Daniel Ricciardo (McLaren), 7e des qualifications, le Mexicain Sergio Pérez (Red Bull), 8e, le Britannique Lando Norris (McLaren), 9e, et l’Espagnol Fernando Alonso (Alpine), 10e.

Le second Français, Pierre Gasly (AlphaTauri), n’est que 12e, pris en sandwich entre les Aston Martin du Canadien Lance Stroll et de l’Allemand Sebastian Vettel.

Chez les constructeurs, Mercedes, en tête, a marqué 18 points de plus que sa dauphine Red Bull. C’est d’avantage lié aux résultats de leurs deuxièmes pilotes (Bottas, en place depuis 2017, et Pérez, arrivé cet hiver) qu’au niveau intrinsèque de leurs monoplaces: celles-ci sont plus proches que jamais, comme l’ont encore démontré ces qualifications.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus