Une bombe tue au moins 25 personnes près d’une école à Kaboul, la capitale afghane

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une bombe a explosé près d’une école dans l’ouest de Kaboul samedi, tuant au moins 25 personnes, dont beaucoup de jeunes étudiants, ont déclaré des porte-parole du gouvernement afghan.

Des ambulances se précipitaient pour évacuer les blessés des lieux de l’explosion près de l’école Syed Al-Shahda, dans le quartier à majorité chiite de Dasht-e-Barchi, a déclaré le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Tariq Arian.

Des foules en colère ont attaqué les ambulances et ont même battu les agents de santé, a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé, Ghulam Dastigar Nazari. Il a imploré les habitants de coopérer et de permettre aux ambulances d’accéder librement au site.

Des images circulant sur les réseaux sociaux auraient montré de la fumée s’élevant au-dessus du quartier.

Dans un hôpital voisin, les journalistes d’Associated Press ont vu au moins 20 cadavres alignés dans les couloirs et les chambres, avec des dizaines de blessés et de familles de victimes se pressant dans l’établissement.

À l’extérieur de l’hôpital Muhammad Ali Jinnah, des dizaines de personnes se sont alignées pour donner du sang, tandis que les membres de la famille vérifiaient les listes de blessés affichées sur les murs.

Arian et Nazari ont déclaré qu’au moins 50 personnes avaient également été blessées et que le nombre de victimes pourrait augmenter. L’attaque s’est produite juste au moment où la journée de jeûne prenait fin.

Personne n’a immédiatement revendiqué la responsabilité de l’attaque, bien que les terroristes de Daech aient déjà revendiqué des attaques contre une minorité chiite dans la même zone.

L’année dernière, les extrémistes ont revendiqué deux attaques brutales contre des établissements scolaires qui ont tué 50 personnes, la plupart des étudiants. Même si Daech a été dégradé en Afghanistan, selon le gouvernement et les responsables américains, il a intensifié ses attaques, en particulier contre les musulmans chiites et les travailleuses.

Auparavant, le groupe terroriste avait assumé la responsabilité de l’assassinat ciblé de trois femmes membres des médias dans l’est de l’Afghanistan.

L’attaque intervient quelques jours après que les 2 500 à 3 500 soldats américains restants ont officiellement commencé à quitter le pays. Ils sortiront le 11 septembre au plus tard. Le retrait intervient au milieu de la résurgence des talibans, qui contrôlent ou dominent plus de la moitié de l’Afghanistan.

Le haut officier militaire américain a déclaré dimanche que les forces gouvernementales afghanes sont confrontées à un avenir incertain et peut-être à de «mauvais résultats possibles» contre les insurgés talibans alors que le retrait s’accélère dans les semaines à venir.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus