Mahamat Idriss Deby au Niger, rencontre ses soldats et le président Bazoum

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le général Mahamat Idriss Déby, chef du Conseil militaire de transition (CMT) au Tchad, s’est entretenu lundi à Niamey avec le président du Niger Mohamed Bazoum et doit se rendre dans l’ouest de ce pays où sont stationnés 1.200 soldats tchadiens qui combattent les jihadistes, a appris l’AFP auprès de la présidence nigérienne.

Le général Mahamat Idriss Déby, qui dirige la junte au pouvoir depuis la mort fin avril de son père, est arrivé en début de matinée à Niamey.

Il « est venu pour voir ses troupes à Téra et il en a profité pour discuter avec le président du Niger Mohamed Bazoum », a indiqué une source à la présidence nigérienne, sans préciser le contenu de l’entretien.

« Nous sommes venus ici pour affirmer notre amitié (…) pour remercier le président Bazoum pour tous ses soutiens depuis la mort du maréchal (Idriss Déby Itno). Nous sommes venus aussi pour soutenir nos Forces à Téra », a de son côté brièvement déclaré Mahamat Idriss Déby aux médias publics nigériens.

Mohamed Bazoum a été désigné en avril par le G5-Sahel qui regroupe cinq pays de la région – Tchad, Niger, Burkina, Mali et Mauritanie – comme « facilitateur » entre les nouvelles autorités tchadiennes et un groupe rebelle, le Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT).

L’armée tchadienne a affirmé dimanche que l’opération contre ces rebelles qui mènent depuis un mois une offensive était « finie » et que « la situation est revenue à la normale ».

Fin avril, la présidence nigérienne avait affirmé que le président Bazoum prendrait « un certain nombre d’initiatives très prochainement », pour mener cette facilitation.

Un contingent de 1.200 soldats tchadiens a été déployé à Téra, ville nigérienne située dans la zone dite des « trois frontières » entre Niger, Burkina et Mali, pour lutter contre les groupes jihadistes, dans le cadre de la force multinationale du G5 Sahel, dont les cinq pays membres s’efforcent depuis 2017 de coopérer dans cette lutte.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus