Jakob Ingebrigtsen frappe fort et s’offre Joshua Cheptegei

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Énorme sensation à Florence: le prodige norvégien Jakob Ingebrigtsen a pulvérisé le record d’Europe du 5000 m (12 min 48 sec 45), jeudi lors du meeting Ligue de diamant, s’offrant le scalp du roi du demi-fond mondial Joshua Cheptegei, seulement 6e.

On attendait un nouveau festival de l’Ougandais mais c’est bien le cadet de la fratrie Ingebrigtsen (20 ans) qui a marqué les esprits, volant la vedette au recordman du monde du 5000 m et du 10.000 m. Dominateur sur la scène continentale, le phénomène nordique passait un test très sérieux face aux Africains à un mois et demi des Jeux olympiques de Tokyo. Il a amplement réussi sa mission, se positionnant comme un candidat très sérieux au titre à Tokyo.

Les semaines prochaines diront si la mésaventure de Cheptegei n’était qu’un simple accident ou le signe d’une prise de pouvoir future d’Ingebrigtsen. Mais le Norvégien a peut-être d’ores et déjà pris un petit ascendant psychologique avant la grande explication prévue au Japon entre les deux hommes.

Tout semblait pourtant se dérouler parfaitement pour Cheptegei, aux commandes de la course à mi-parcours. Mais l’Ougandais, qui disputait son premier 5000 m depuis son record du monde (12 min 35 sec 36), le 14 août 2020, s’est subitement laissé décrocher dans le final au moment même où Jakob Ingebrigtsen commençait à pointer le bout de son nez aux avant-postes.

Du pain bénit pour le Norvégien qui a déposé tous ses rivaux pour signer un temps canon, explosant son record personnel qui datait de juillet 2019 (13 min 02 s 03).

Cheptegei avait déclaré la veille que le Norvégien était l' »homme du moment », capable de descendre sous les 13 minutes. Il ne croyait pas si bien dire.

« Je me sentais fort, j’étais très bien à l’entraînement, je savais que j’avais les moyens d’être rapide mais en même temps j’étais vraiment nerveux parce que le 5000 m c’est très dur, a réagi Ingebrigtsen. J’ai senti beaucoup d’énergie dans les premiers tours, j’ai pu garder un rythme stable mais à la fin c’était probablement le mec qui en voulait le plus qui allait l’emporter. »

De quoi lui permettre de se projeter vers les JO.

« Aujourd’hui, c’est comme gagner une médaille d’or, a-t-il lâché. Si je peux battre les meilleurs coureurs sur une course pareille, cela veut dire que je peux aussi les battre aux Jeux. »

– Hassan se balade –

Chez les dames, c’est la prestation de Sifan Hassan qui était scrutée. Cinq jours après avoir battu le record du monde du 10.000 m à Hengelo, amélioré mardi par l’Éthiopienne Letesenbet Gidey, la Néerlandaise s’est baladée sur 1500 m avec la meilleure performance mondiale de l’année (3 min 53 sec 63).

Venue peaufiner sa vitesse en Italie, Hassan, médaillée d’or sur la distance aux Mondiaux de Doha en 2019, a rempli son contrat.

« Je suis très surprise par mon temps, comme je l’avais été dimanche par mon record du monde, a-t-elle déclaré. Ce n’était pas mon but de courir aussi rapidement. »

Le 110 m haies a constitué un autre temps fort de la soirée avec la victoire du tenant du titre olympique Omar McLeod avec le meilleur chrono de 2021 à la clé (13 sec 01).

Côté français, le bilan est plus contrasté. Si Wilhem Belocian, 3e en 13 sec 31, a effectué sa course la plus rapide de la saison, les voyants sont au rouge pour l’instant pour Pascal Martinot-Lagarde.

Revenu sur la piste après deux blessures (ischio-jambier, adducteur), le champion d’Europe 2018 a paru gêné et incapable de suivre le rythme de ses adversaires. PML, qui avouait mercredi devoir composer désormais avec une tendinite récurrente depuis son pépin à la cuisse l’hiver dernier, a préféré couper son effort après la 3e haie pour se classer 8e en 14 sec 26.

« Je pense que j’ai couru de manière intelligente, a-t-il expliqué. J’ai fait un très bel échauffement, tout s’est bien passé mais après la 3e haie, je sentais mon ischio de cet hiver qui me tirait et tout de suite j’ai compris qu’il fallait que je reste en sécurité. C’est dommage. Sur la 2e partie de la course, c’était impossible d’en mettre parce que je me suis vraiment fait peur. Mais tout va bien. »

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus