L’Iran règle ses dettes à l’ONU et rétablit les droits de vote

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Iran a été autorisé à payer 16,2 millions de dollars d’arriérés qu’il devait aux Nations Unies, récupérant ses droits de vote et lui permettant de participer à la sélection par l’Assemblée générale des Nations Unies de cinq nouveaux membres pour le Conseil de sécurité de l’ONU (CSNU) pour 2022-2023, ont déclaré vendredi des diplomates.

« Après plus de six mois de travail, l’ONU a annoncé aujourd’hui avoir reçu les fonds », a déclaré l’ambassadeur d’Iran à l’ONU, Majid Takht Ravanchi, sur Twitter.

Il a souligné les « sanctions illégales des États-Unis » pour le retard dans le règlement des dettes, affirmant qu’elles avaient « non seulement privé notre peuple de médicaments; elles ont également empêché l’Iran de payer ses arriérés envers l’ONU ».

Les arriérés ont conduit à la suspension des droits de vote de l’Iran à l’instance mondiale en janvier.

« TOUTES les sanctions inhumaines doivent être levées MAINTENANT », a ajouté le diplomate iranien.

Un responsable de l’ONU a déclaré que les fonds provenaient principalement d’un compte iranien basé à Séoul, dont les transactions avaient été bloquées par les sanctions américaines. Des discussions étaient en cours depuis plusieurs mois entre l’ONU, l’Iran, la Corée du Sud et les États-Unis pour obtenir la libération de ce compte iranien particulier à Séoul afin que Téhéran puisse régler sa dette.

Le rétablissement de ses droits de vote a permis à l’Iran de voter vendredi à l’Assemblée générale pour l’élection de cinq nouveaux membres non permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies. Les Émirats arabes unis, le Brésil, l’Albanie, le Gabon et le Ghana étaient des candidats incontestés pour les cinq sièges vacants et tous les candidats ont été élus.

Le rétablissement des sanctions économiques américaines contre l’Iran intervient après la décision de l’ancien président américain Donald Trump de se retirer unilatéralement en 2018 du Plan d’action global conjoint (JCPOA), conclu trois ans plus tôt à Vienne et soutenu par la résolution 2231 du CSNU.

Des négociations sont en cours dans la capitale autrichienne sur la manière de lever les sanctions réimposées unilatéralement par Washington contre Téhéran depuis lors, en échange du retour de Téhéran au plein respect de l’accord.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus