Netflix tente l’aventure des jeux vidéo sans garantie de séduire les joueurs

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Netflix veut tenter sa chance dans les jeux vidéo pour garder l’attention de ses abonnés, sans garantie que sa stratégie de séduction, qui passerait par la déclinaison en jeux virtuels de films ou séries particulièrement populaires, attire en masse de nouveaux fidèles.

La plateforme, qui a bâti son succès sur la diffusion à la demande de films, séries, documentaires et, plus récemment, de shows de télé-réalité, a présenté ses ambitions mardi soir, expliquant vouloir proposer une nouvelle catégorie de contenus.

Il s’agit surtout pour Netflix, selon plusieurs analystes, de conserver ses abonnés au moment où la concurrence sur son coeur de métier se fait de plus en plus pressante.

Pour les sociétés de divertissements et de technologies qui proposent déjà des vidéos, y ajouter les jeux apparaît comme « une extension naturelle de ce qu’ils font déjà », remarque Ross Benes, analyste pour eMarketer.

« Ajouter les jeux leur permet d’aspirer encore un peu plus le temps des utilisateurs et d’ancrer encore plus cette activité dans le quotidien de leurs clients », estime-t-il.

Cette nouvelle offre pourrait inciter certains d’entre eux à rester abonnés mais, selon lui, il est peu probable qu’elle fasse s’envoler le nombre de nouveaux clients.

L’investisseur spécialisé dans les technologies Gene Munster se veut un peu plus encourageant.

« C’est une bonne tactique pour conserver et même attirer à la marge de nouveaux abonnés payants », a-t-il écrit sur Twitter en rappelant qu’environ 2 milliards de personnes jouent chaque mois aux jeux vidéo.

– Tentatives infructueuses –

Netflix a déjà tenté l’expérience des jeux virtuels en diffusant en 2018 un épisode entièrement interactif de la série d’anticipation « Black Mirror » et en lançant un jeu gratuit pour mobile basé sur la série populaire « Stranger Things ».

La plateforme veut désormais avancer progressivement, en commençant par des jeux conçus pour smartphones et tablettes sans coûts supplémentaires pour les clients existants.

« Nous allons essayer un tas de jeux différents à travers une variété de mécanismes différents pour voir ce qui fonctionne vraiment pour nos membres », a souligné le responsable des opérations, Greg Peters, lors d’une conférence téléphonique mardi.

Le groupe veut s’appuyer sur le succès de certains shows pour offrir à leurs fans de nouveaux mondes interactifs et négocie aussi avec des éditeurs de jeux vidéo pour acquérir éventuellement des licences.

Les ambitions de Netflix ne devraient avoir « aucun » impact sur le monde du jeu vidéo, affirme toutefois Michael Pachter, analyste pour Wedbush Securities.

« La direction reconnaît que le flot de nouvelles vidéos (sur sa plateforme) est moins rapide, alors même que les coûts ne cessent d’augmenter », remarque-t-il dans une note.

L’incursion dans les jeux vidéo « représente un ‘nouvel objet tout beau’ destiné à détourner l’attention des investisseurs » du fait que la croissance de Netflix commence à ralentir, avance M. Pachter.

« Ils vont attirer peu, voire pas, de vrais joueurs, et n’ont pas vraiment de droits de propriété intellectuelle sur des contenus leur permettant de créer de très bons jeux », estime l’analyste.

Si d’autres géants du divertissement ont déjà tenté leur chance, peu de jeux basés sur des films ou des séries ont eu un véritable succès.

« Le mariage de productions hollywoodiennes et de jeux basés sur ces contenus a connu une histoire mouvementée », remarque Joe McCormack, analyste pour Third Bridge. Disney comme NBCUniversal ont fermé leurs divisions dédiées aux jeux vidéo.

« Pour espérer changer la donne, Netflix devra surmonter les différences culturelles entre les studios d’Hollywood et les studios de jeux vidéo », estime M. McCormack.

Autre défi, la compétition particulièrement vive dans le secteur des jeux vidéo, Netflix n’ayant pas forcément les capacités techniques nécessaires à la diffusion de jeux sophistiqués.

Pour atteindre la même qualité de jeux en streaming que sur une console, il faut notamment une connexion haut débit ainsi que des manettes.

Netflix fait face sur ce créneau à des acteurs bien plus expérimentés comme Amazon, Google, Microsoft et Sony, qui proposent leurs propres services de jeux en streaming.

Les dirigeants de Netflix veulent, eux, s’appuyer sur la capacité du groupe à raconter des histoires et à produire de nouveaux contenus.

« Notre métier consiste à créer des univers et des personnages incroyables, et nous savons que les spectateurs veulent aller plus loin », a assuré Greg Peters.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available